Fin des primaires. En route pour Election Day.

Avec la fin de la saison des primaires il reste 8 semaines pour conclure des élections de mi-mandats où les surprises devraient être au rendez-vous.

Traditionellement le Labor Day, premier Lundi de Septembre marque la rentrée parlementaire et la fin des élections primaires les années électorales (années paires). Bien que l'activité ne connaisse pas de pause ce moment charnière permet de faire un point de la situation. La saison des primaires, scandée par les interventions de Donald Trump et les évolutions de l'enquête de Robert Mueller, a apporté les éléments qui constituent un paysage d'ensemble plutôt contrasté mais dont se dégage quelques grandes lignes. L'instabilité introduite par Donald Trump dans le système politique s'ajoute à celle d'un pays en mutation démographique et de plus en plus polarisé. Les repères habituels ont donc perdu de leur pertinence. Cette période du calendrier électoral est habituellement celle de la consolidation. Les tendances se forment dans le calme relatif du mois d'Août avant de se construire définitivement dans les deux derniers mois. Cet été a été moins calme que d'habitude entre autre du fait du maintien en session du Sénat pour des raisons largement tactiques. Mitch McConnel avait au moins deux objectifs pour garder le Sénat ouvert. Dans une année où les Démocrates  ont à défendre beaucoup de sièges au  Sénat, dont une moitié dans des états à dominante Républicaine, maintenir les élus à Washington les empêchent de faire campagne. D'autre part au vu de l'incertitude sur le futur l'urgence imposait de profiter de toutes les occasions de nommer au plus vite des juges conservateurs dans les tribunaux.

Quelques enseignements.

Les différents médias analysent avec leurs prismes particuliers ce que l'actualité leur fournit. La richesse des points de vue exprimés converge sur quelques points.

Les pronostics sur les résultats sont à peu près partagés par tous. La majorité de la Chambre des Représentants a de grandes chances de basculer du côté Démocrate alors que le Sénat devrait voir la majorité Républicaine maintenue sinon confortée. L'importance de la poussée Démocrate constatée dans les dernières études et les résultats des élections partielles et des primaires font cependant apparaître une possibilité de renversement même au Sénat. Cela constituerait un cataclysme pour les Républicains et pour Donald Trump en particulier. Les dernières évolutions de l'enquête de Robert Mueller accentuent cette tendance. La pression sur le président risque de le rendre de plus en plus instable et de tenter certains de ses amis  de ne plus le soutenir aussi fermement.

Même les états du Midwest qui ont fait la victoire de Donald Trump en 2016 montrent des faiblesses

Au 15 Septembre l'estimation de FiveThirtyEight estime les probabilités de basculement de la Chambre entre 74 et 83% suivant le réglage du modèle utilisé. L'avance globale des Démocrates dans l'opinion est estimées entre 8 et 12% suivant les études. Les perspectives sont bonnes pour les Démocrates avec une côte personnelle de Donald J. Trump en chute et une enquête sur l'ingérence russe qui parque des points. L'évolution conjointe de la confiance en Donald Trump, en baisse, et de celle en Robert Mueller, en hausse, confirme une tendance. Habituellement les dernières semaines avant l'élection de début Novembre consacrent les tendances formées durant l'été avec quelques corrections éventuelles.

La participation aux primaires constitue le premier sujet de satisfaction pour les Démocrates. .La NPR a bien identifié le phénomène. Alors que les Démocrates peinent en général à mobiliser leur troupes aux élections intermédiaires ils ont cette année dépassé les Républicains en nombre et en montants de collecte de fonds. La participation Démocrate aux primaires est en ligne avec celles de leurs plus gros scores. Elle traduit un enthousiasme constaté sur le terrain.

Dans les deux camps la participation des femmes chez les électeurs et les candidats est inédite. Elle est encore plus importante du côté Démocrate où elle s'accompagne d'une grande diversité communautaire. Le nombre de femmes de couleur, amérindiennes ou musulmanes  est tel que 'il devrait mener plusieurs premières dans les états et les assemblées. Première femme noire gouverneure. Premières femmes musulmanes (deux) élues à la Chambre. Première femme amérindienne gouverneure.

A l'intérieur du camp présidentiel l'opposition interne demeure plutôt le fait d'intellectuels extérieurs à l'appareil partisan comme David Frum. Sous l'étiquette Démocrate l'affrontement entre la gauche progressiste et l'establishment centriste lié au monde des affaires n'a pas té esquivé. Aucun camp n'a gagné par KO et si la guerre civile Démocrate n'est heureusement pas terminée elle est restée à basse intensité. Chaque camp comprend que la priorité de priver le pouvoir trumpien du maximum de levier de pouvoir implique des tactiques différenciées. Les Démocrates ont pour l'instant plutôt tiré avantage de la pluralité d'organisations militantes qui présentent des candidats sous l'étiquette Démocrate (Democratic Socialist of America, Working families Party, etc...). 

Les enjeux des élections de Novembre.

Pour les Républicains sur la défensive il importe de protéger la présidence. Donald Trump a mis un an à rallier l'ensemble de son camp avec la réforme fiscale votée en Décembre 2017.  Le Sénat représente la barrière ultime de défense où résident le pouvoir ultime de destitution  du président et la capacité de confirmer les nominations de hauts fonctionnaires, de juges à la Cour Suprême ou de juges fédéraux. La nomination de juges conservateurs à la Cour Suprême leur permettra de revenir sur le droit à l'avortement ou au mariage pour tous. Conserver la majorité à la Chambre ne peut être pour le Grand Old Party dans l'état actuel des choses guère plus qu'un  vœux  pieux. Il leur faut donc  rassembler l'électorat conservateur pour se mettre en position de marquer des points das l'espoir de gagner l'élection de 2020.

Dans l'autre camp la perspective pourrait sembler plus souriante mais les Démocrates sont acculés dans un coin du ring. Le découpage électoral leur inflige une pénalité structurel évaluée en général à une dizaine de points. En 2010, année de la prochaine élection présidentielle, aura lieu le recensement décennal qui sert de base à la recomposition des cartes électorales effectuée en 2022 pour prendre effet aux élections de mi-mandat de 202. Les opérations de restructuration des circonscriptions se déroulent dans les états selon des procédures localement définies. L'importance de la maitrise des pouvoirs locaux a été parfaitement intégrée par les Républicains dès 2010. Après la douteuse victoire de Georges W. Bush en 2000 ils ont mis en chantier un projet à deux composantes. D'une part ils ont mis en œuvre les technologies informatiques permettant d'analyser, modéliser et modifier les   circonscriptions sur leurs base démographiques, ethniques et sociales. D'autre part ils se ont organisés une offensive généralisés de prise de contrôle des instances de dessin des cartes électorales.

Dans ce processus les personnes les plus importantes sont les gouverneurs suivis des Sénats des états puis des Chambres des représentants (qui portent des noms différents localement). Les Démocrates sont donc dans l'obligation non seulement de reprendre le maximum de sièges dans les assemblées fédérales mais aussi d'organiser un effort concerté à tous les niveaux de reprise du contrôle du processus de gestion des cartes électorales. Les découpage en place étaient si notoirement injustes que la Cour Suprême a ordonné des corrections au cours de la dernière année. La plus importante concerne la Pennsylvanie qui va voter cet automne avec une carte électorale nouvelle qui devrait mécaniquement apporter plusieurs élus aux Démocrates. La direction Démocrate a mis en place une organisation dirigée par Eric Holder qui fut ministre de la Justice d'Obama pour mener ce combat.

La contrainte pour les Démocrates vient aussi du calendrier présidentiel. La fenêtre pour déclarer une candidature va s'ouvrir à la fin du printemps 2019. Les candidats possibles se préparent donc déjà.

Du côté Républicain si Donald Trump est en campagne pour sa  ré-élection depuis des mois  Mitt Romney est en embuscade. Il sera confortablement élu au Sénat en Novembre d'où il pourra observer la situation.

L'establishment Démocrate a déjà préparé la mise sur orbite du vice-président de Barack Obama, le vieux routier Joe Biden. Michael Bloomberg, transfuge Républicain, ancien maire de New-York et milliardaire ne fait pas mystère de ses projets. Les récentes auditions du candidat de Trump à la Cour Suprême Brette Kavanaugh ont donné l'occasion à deux possibles candidats  de se mettre en évidence. La brillante Kamala Harris avait déjà profité de la manifestation des femmes le lendemain de la prise de fonction de Donald Trump pour faire une intervention remarquée. Dans les circonstances présentes elle possède des atouts, femme et deux fois de couleur, indo-jamaïcaine)  elle a adopté une partie de la plate-forme de Bernie Sanders. cela n'engage pas à grand-chose dans le cadre d'une campagne présidentielle et peut faire gagner de la popularité. Son collègue Cory Booker a lui fait mine de se mettre dans l'illégalité pour publier des documents classés confidentiels par les Républicains. Elizabeth Warren, championne de la lutte contre finance prédatrice est de plus en plus clairement sur les rangs. Bernie Sanders a lui aussi manifesté son intention de profiter de son statut de politicien préféré du pays pour conduire une nouvelle campagne en 2020. Nul doute que d'autres candidats sortent du chapeau dans  les prochaines semaines.

Des situations à suivre.

 

Certaines élections prennent une signification particulière. Dans cette année de tension on attend des surprises  qui pourraient annoncer des évolutions fondamentales. Il y a longtemps que l'on parle du glissement de moins en moins à droite du Texas. Dans  ce cadre l'élection sénatoriale où Ted Cruz, Républicain religieux fortement marqué à droite est talonné par Beto O'Rourke est suivie par la presse et le Parti Républicain qui a décidé d'accorder à cette élection des efforts de participation de de financement. La population hispanique de l'état et comme en Floride un enjeu d'influence majeur entre les partis. En Floride au moins deux élections seront scrutées de près.Pour le poste de gouverneur le candidat Démocrate est l'inattendu  Gillum qui a fait le choix de s'associer a un évangéliste pour le poste de Lieutenant Gouverneur. Dans cet état où de nombreux porto-ricains délacés par les conséquences de l'ouragan Maria vont voter la majorité peut se jouer à peu de voix. La candidature de Gillum peut mobiliser la communauté noire plus que prévu et entrainer comme conséquence un surplus de votes pour le sortant Démocrate au Sénat Bill Nelson.

On peut trouver ainsi beaucoup d'élections significatives et liées par des dépendances.

 

 Mes liens et notes de ces derniers jours sur le sujet.

13/09/2018
https://fivethirtyeight.com/features/republicans-are-favorites-in-the-senate-but-democrats-have-two-paths-to-an-upset/ //SI +11% à la Chambre alors le vent sera assez fort pour propulser les Dems à la victoire au Sénat. Ou bien les chances Dems sont sous-estimés.
https://projects.fivethirtyeight.com/2018-midterm-election-forecast/house/?ex_cid=rrpromo
https://newrepublic.com/article/151169/win-trump-country //Rester local, Insister sur l'assurance-santé, ne pas attaquer le président.
https://newrepublic.com/article/151126/andrew-gillums-unconventional-pick-lieutenant-governor //Sans doute un choix habile pour rallier la frange évangéliste qui n'est pas acquise à Trump.
https://thinkprogress.org/kevin-de-leon-feinstein-midterm-elections-challenge-6afd402434c5/ //La guerre civile Démocrate a bien lieu, à faible intensité.
https://www.alternet.org/news-amp-politics/dont-buy-hype-george-w-bush-not-part-resistance-trump //Le GOP avant la résistance. Quoi d'étonnant?
https://www.alternet.org/news-amp-politics/republicans-could-be-heading-electoral-bloodbath-michigan //Le MI un état clé du Midwest
http://thehill.com/blogs/blog-briefing-room/news/406506-rick-scott-breaks-with-trump-and-defends-puerto-rico-death //Opportunisme électoral local évidemment mais peut-être aussi rupture avec SJT.
https://www.vox.com/policy-and-politics/2018/9/13/17855326/trump-hurricane-maria-death-toll-tweet-ron-desantis-florida //Et son collègue Républicain le suit.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/puerto-ricans-hurricane-maria-florida-voter-registration/
https://www.vox.com/2018/9/13/17855254/new-york-city-voters-rolls-purges-missing-names-2018-midterms
https://www.salon.com/2018/09/13/mcconnell-breaks-senate-tradition-to-obstruct-democratic-campaigns-hes-resorted-to-cheap-tactics/ //Cela va finir par ressembler à de la panique. De plus en plus petits les hommes du GOP.
https://thinkprogress.org/florida-governor-climate-change-gillum-desantis-814aef8d6322/ //Les candidats R. qui s'éloignent de DJT ou adoptent des thèmes Démocrates (climat) : signe qu'ils sentent le vent tourner. Les électeurs en général ne confondent pas l'original et la copie.
https://thinkprogress.org/suburban-voters-trump-elections-c340280d5a66/
14/09/2018
https://theintercept.com/2018/09/13/new-york-democratic-primary-cuomo-idc/
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/attorney-general-races-midterms-ellison-herringbrauchler-weiser-dana-nessel-nra-everytown/ //DE l'importance des postes d'AG.
https://www.motherjones.com/politics/2018/09/andrew-cuomo-idc-independent-democratic-conference/ //Ils ont mordu la poussière, les faux Démocrates de l'IDC.
https://newrepublic.com/article/151231/new-york-elects-next-anti-trump-warrior
15/09/2018
https://www.npr.org/2018/09/04/643686875/democrats-2018-primary-turnout-mirrors-previous-wave-elections?utm_source=npr_newsletter&utm_medium=email&utm_content=20180915&utm_campaign=politics&utm_term=nprnews
https://www.npr.org/2018/08/28/642798502/ron-desantis-rides-trump-coattails-to-victory-in-florida-primary-for-governor?utm_source=npr_newsletter&utm_medium=email&utm_content=20180915&utm_campaign=politics&utm_term=nprnews

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.