Gilets jaunes et péages

Les destructions de péages seraient-elles légitimes?

La Télévision publique n'en finit pas de ramer à faire le service après-vente de la réponse macronienne au peuple en jaune.
Cela ne trompe personne et ne mériterait pas une seconde d'attention.
Mais l'apitoiement sur les bénéfices perdus des actionnaires des sociétés d'autoroutes dépasse le moralement tolérable.
Si je me sens mal à constater la douleur des employés retrouvant leurs bureaux dévastés la destruction des machines de péages, instrument de la collecte d'un racket que tous savent immoral ne peut que me réjouir.
On ne peut plus parler de droit, de propriété, de contrats de concession en règle. On sait combien ces contrats concédés aux copains par opportunisme portent le poids de leur péché originel. Attaquer ces machines désigne l'ennemi des gilets jaunes, la finance, bien plus effectif qu'un pâle gouvernement

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.