dominic77
Un de ces baby-boomers tant décriés.. L'important est ailleurs. Dire d'où politiquement on parle. Quelque part entre Marx, Bakounine, Murray Bookchin et Wendy Brown mais aussi Ursula LeGuin et Jackson Browne.
Abonné·e de Mediapart

553 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2022

Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique

Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.

dominic77
Un de ces baby-boomers tant décriés.. L'important est ailleurs. Dire d'où politiquement on parle. Quelque part entre Marx, Bakounine, Murray Bookchin et Wendy Brown mais aussi Ursula LeGuin et Jackson Browne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Génocide.

Un de ces mots censés faire l'unanimité et anesthésier le sens critique. Revenons à l'origine.

Un mot étrange formé contre les usages de la concaténation d'une racine grecque et d'une racine latine a été créé vers 1944 par un européen émigré aux Etats-Unis d'Amérique. Contrairement aux usages il est formé par la concaténation d'une racine grecque et d'une racine latine. Il a d'abord servi de véhicule aux débats politico-juridiques postérieurs à la seconde guerre mondiale. Il est resté absent des dictionnaires français jusque dans les années 1960. Je ne me souviens pas l'avoir entendu prononcé avant les années 1970.

Il a donc opportunément servi de base aux débats au sein des Nations Unies nouvellement créées pour exprimer le rejet de l'Holocauste. Une première résolution a été votée en 1946 avant la Convention contre le génocide adoptée à l'unanimité le 9 Décembre 1948, la veille du vote de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui n' a pas été unanimement approuvée. L'unanimité ne doit pas masquer les réserves émises par certains pays sur telle ou telle disposition ou la non-ratification.

S'il est indispensable de condamner les gouvernements ou tous les groupes qui persécutent, déportent ou massacrent des groupes humains encore faut-il s'assurer de l'efficacité et de la pérennité de la réaction au-delà de l'affichage satisfait de sa bonne conscience.

Les discussions n'ont pas manqué depuis la fin de la seconde guerre mondiale sur l'opportunité, l'utilité et la portée de plusieurs catégories voisines et concurrentes : crimes contre l'humanité ou génocides par exemple. La frénésie avec laquelle les législateurs de nombreux pays se sont emparé du mot génocide pour voter des résolution, des motions (ou quel que soit le titre) condamnant des génocides ne peut manquer d'interroger. Les voilà satisfaits de pourvoir à tout moment ressortir de leur poche le papier magique sur le refrain du "on vous l'avait bien dit" et en  même temps incapables de prendre des mesures concrètes contre la Turquie ("génocide arménien" du début du vingtième siècle) au nom de la lutte contre l'immigration ou contre la Chine au nom de l'efficacité économique.  Faire de la question une simple catégorie juridique portant une condamnation unanime sans effet pratique ne serait-il pas contre-productif voire hypocrite?

Nos parlementaires ont donc brandi la pancarte "GENOCIDE" à la face des gouvernant chinois. Ils se posent en accusateurs sur le terrain moral et juridique. Ils sont ainsi certains d'attirer une réaction offusquée de l'autre partie qui dispensera tout le monde d'aller plus loin. Et notre petit marquis pourra même surenchérir devant Xi-Jiping et tirer les marrons électoraux d'un feu pourtant bien doux.

L'Histoire nous a pourtant appris que pour avancer sur les terrains polémiques la seule voie consiste à créer les conditions du dialogue sur les faits même quand l'autre n'en veut pas. A terme voilà la seule solution. Proposons sans relâche aux turcs une commission d'enquête historique sur les événements d'Anatolie. Ils  refusent. Faisons-le quand même. De même concernant les ouïghours accumulons, publions les informations confirmées. Maintenons une pression militante permanente y compris sur nos parlementaires.

Et votons si nous voulons toutes les motions du monde sans les présenter comme la solution à toutes les exactions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix