Il est mort le poète.

Lawrence Ferlinghetti, le plus connu peut-être des poètes de la "beat generation" est mort hier.

Lawrence Ferlinghetti, le plus connu peut-être des poètes de la "beat generation" est mort hier.

Peu en France savent qu'il a parlé français avant de maitriser l'anglais. Il le dit dans cet entretien avec Robert Scheer  que ce dernier republie en souvenir.

Génial touche-à-tout il restera peut-être plus connu finalement pour son activité de libraire avec "City Lights"  à San Francisco et pour son activisme débridé. Plus s'un poête un aventurier du vingtième siècle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.