Un va-t-en-guerre de plus à la Maison-Blanche

Le bruit courrait tellement et depuis si longtemps qu'on finissait par ne plus y croire. John Bolton, ancien ambassadeur de Bush à l'ONU, remplace un des généraux de la Maison-Blanche H.R. McMaster. Un super-faucon civil remplace un faucon militaire. Plus inquiétant qu'autre chose. Et le dernier adulte pourrait quitter la salle.

Depuis plusieurs semaines le départ de H.R. McMaster, Conseiller à la Sécurité Nationale de Donald Trump alimentait les conversations. On a vu John Bolton, ancien ambassadeur de Georges Bush aux Nations Unies jouer les visiteurs du soir à la Maison-Blanche ces derniers jours. L'annonce n'a donc étonné personne. Elle prend effet à dater du 09/04/2018.

McMaster, bien que de réputation interventionniste et défenseur historique de l'idée que l'Iran représente une nuisance majeure au Proche-Orient, pouvait passer pour un facteur de stabilité. L'homme jouit d'une grande réputation. Il est un des rares officiers généraux à être sorti de l'aventure irakienne avec les honneurs.
A l'opposé John  Bolton passe pour un faucon sans grande réserve et la NPR (National Public Radio) a annoncé d'entrée qu'il apporte une perspective plus guerrière à la Maison-Blanche sur les dossiers coréens et iranien. C'est donc à lui que va revenir la tâche de démontver l'accord sur le nucléaire iranien dont il est un opposant encore plus farouche que ne l'était McMaster dont la rigueur toute militaire n'était semble-t-l plus en cour auprès de Trump.

Un peu plus de danger et d'insécurité à la Maison-Blanche et donc dans le monde.

Pour certains le temps de passer mode panique est même venu.

 Ajout Vendredi matin.

Et pour finir Donlad Trump pense à virer le dernier général de la Maison-Blanche, John Kelly, qui servait comme adjudant garantissant le bon fonctionnement de la baraque. Le plus inquiétant est qu'il pense à le remplacer par Donald Trump. Non mais qui c'est le chef ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.