Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

135 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 mars 2013

Pierre Patrolin, le grand homme aux allumettes

Il ne se passe rien, que vous croyez. Si peu : cet homme s’escrime à allumer un feu de bois dans  sa cheminée  parisienne. Ça se passe en décembre. Il pleut. Il pleut vraiment. On lit vraiment . La montée des cendres, second roman de Pierre Patrolin, c’est l’emprise d’une flambée : pur plaisir, fascination, pensées mouvantes.

Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

Il ne se passe rien, que vous croyez. Si peu : cet homme s’escrime à allumer un feu de bois dans  sa cheminée  parisienne. Ça se passe en décembre. Il pleut. Il pleut vraiment. On lit vraiment . La montée des cendres, second roman de Pierre Patrolin, c’est l’emprise d’une flambée : pur plaisir, fascination, pensées mouvantes.

© DR

Je ne sais presque rien de Pierre Patrolin, et c’est tant mieux. Les quelques indications disponibles- il est allé vivre dans le Quercy par amour, il filme le rugby pour Canal plus, il écrit depuis trente ans mais ne publie que depuis peu ( pas de son fait, dit-il en passant) - voilà qui laisse le champ libre à la lecture...

L’an dernier, paraissait un roman, fleuve si vous voulez, 700 pages, La traversée de la France à la nage, dont le titre résume le propos, mais pas la magie. Méandres, courants, berges, transparences ou limons, arbres toujours, le livre n’exigeait qu’une seule chose de son lecteur, un abandon. Une flottaison. Presque un état d’enfance.  Il dessinait la cartographie d’une France noyée. A l’encontre de tout marketing littéraire, du rural, de la lenteur, pas de psychologie, gros livre,  pas d’autre histoire que celle qu’annonçait la couverture ( mais quelle écriture) : ce fut un succès.

Cette fois, avec La montée des cendres, nous sommes à Paris, et même au cœur de la ville : quartier Saint-Eustache. Le narrateur – un homme seul, disons naturellement seul comme peuvent l’être les urbains - emménage dans un nouvel appartement sur cour. Se trouve là une cheminée en état de marche. Il se met  en tête d’y allumer, avec constance, une très modeste flambée. Cette modestie, cette façon de n’envisager qu’un feu de pauvre, un feu nul, un feu économe, est au cœur du récit, que Kafka comprendrait.

© jeanpaulhirsch

L’homme glane dans les rues de lamentables brindilles, souvent humides, il est dans la ville : pas de bois, ou si peu. C’est ici, pour le lecteur, que le livre se mue en thriller contemplatif. D’une part,  le narrateur, même s’il pose, une seconde durant, un regard d’incendiaire sur des poutres apparentes, ne met  presque jamais la main sur un cageot, un tassot, passe un temps fou à lacérer puis brûler des lambeaux de cartons ( ceux de son déménagement) et un autre temps, soulagé, peut-être heureux, à regarder les flammes, leur nuance exacte et fugitive, puis l’expiration du feu.

Passeront au feu des boîtes de fromage, du mélaminé, du pain rassis, et miraculeusement un basting, un tronc, cuiront un peu n'importe quels aliments.

Est-ce tout ? Non, comme surgissant de son précédent roman, le débordant, l’eau , elle, tombe à profusion. Pluie constante sous ciel bas, pluie forte, mesures et alertes, voies sur berges inondées, ponts menacés. L’appartement, où s’entassent bois mis à sécher, réserve minimum, devient ilôt. Il faut préciser qu’en ces jours incertains – foutu feu, foutu temps – les Parisiens galopent avec leurs paquets cadeaux; des silhouettes incertaines, réduites à peu : les éléments, en ville,  sont des contrariétés.

© DR

Notre héros, car il est un héros du feu retenu,   progresse. Il loupera le dernier sac de bûches du BHV, dormira sur le divan devant son âtre, sentira ce parfum particulier du foyer éteint au matin, jaugera les braises ( il est calé sur les essences diverses), emmènera une valise peu appropriée à Vincennes, côté bois, ou côté bus, pour collecter de quoi l’alimenter, son feu ( car La montée des cendres est aussi un livre très drôle, à la Buster Keaton). Un chat passe et repasse. Une voisine apparaît sur le balcon d’en face, peau blonde, pâle, une peu rose sous l’averse une flamme rapide : elle fume dehors.

Pendant ce temps, donc, il pleut toujours,  énormément. Paris est  sous eau, on parle de démanger les caves d'Orsay et du Louvre,  mais les habitants ont leurs derniers achats à faire,  un premier épicéa arrive, aiguilles répandues, sur le trottoir. Quelque chose menace. Et lorsque la neige prendra le relais de la pluie, il n’y aura pas de carte de Noël.

A quoi tient un livre ?  On se prend à freiner sa lecture,  comme cet obstiné  narrateur freine sa  consommation de branchettes : car de ce  minuscule point précis, épicentre du récit -  « une flamme hésitante. Précaire. Une petite flamme timide. Incertaine et fragile. Distante » - c'est d'un regard  sur le monde qu'il s'agit.

© 

La Montée des cendres, Pierre Patrolin, 186 pages, éditions POL, 16€.

Lecture des premières pages ici..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain