Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

135 Billets

3 Éditions

Billet de blog 11 juil. 2008

Blog prêté à Erri de Luca

L’écrivain Erri de Luca a envoyé le texte ci-dessous . Dans les pages du journal réservées aux abonnés, vous avez été nombreux à prendre position, à la suite des deux articles de Maguy Day, sur Marina Petrella, et à évoquer l’Italie.Erri de Luca avait 18 ans à Rome en 1968.Il n’est pas devenu diplomate, comme prévu.

Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

L’écrivain Erri de Luca a envoyé le texte ci-dessous . Dans les pages du journal réservées aux abonnés, vous avez été nombreux à prendre position, à la suite des deux articles de Maguy Day, sur Marina Petrella, et à évoquer l’Italie.

Erri de Luca avait 18 ans à Rome en 1968.

Il n’est pas devenu diplomate, comme prévu.

Il s’est engagé politiquement , dans les rangs de Lotta Continua. Il est devenu ouvrier de la Fiat, chauffeur, et au début des années 80, il travaillait sur les chantiers de construction français.

Puis, publié pour la première fois en 1989, il est devenu l’un des écrivains majeurs de sa génération. Il collabore régulièrement à la Reppublica et Il manifesto.

Erri de Luca n’est pas un de ces écrivains enclins à mettre les causes au service de leur auto-promotion, loin s’en faut,mais le 4 mars dernier, il a écrit au président de la République une lettre à propos de Marina Petrella, publiée par Le Monde. Aujourd’hui, dans ces lignes écrites directement en français, c’est à elle qu’il s’adresse, et à nous.

« Le corps de Marina tente une dernière résistance contre l’extradition, qui n’est autre pour elle qu’une sépulture de vivante.Son corps me tient à coeur. Il est son dernier retranchement, une fois toutes les raisons rejetées, toutes les défenses anéanties.Aucun interêt d’évoquer ce qui se passe chez nous. Nos feuilles de choux répètent comme des petits perroquets bien dressés le bobard qui parle d’une Marina en fuite, tombée dans un banal contrôle de police. De cette façon, ils la font passer pour naïve et clandestine. Chez nous, le respect des faits n’est dû qu’aux puissants.En France, les mots ont encore une dignité à défendre. Le corps de Marina dépend de ces mots. D’une signature ou d’un refus de signature, d’un geste de la main qui dans une pièce confortable décide du sort d’un corps épuisé dans une pièce dépouillée.Je soutiens les dernières fibres qui retiennent la vie de Marina.Je soutiens son ‘non’ extrême, qui choisit de s’éteindre au lieu de se livrer au premier jour d’une peine sans fin. Depuis presque un an, Marina est prisonnière d’un jour zéro.Elle a été une révolutionnaire, elle s’est battue sans aucun profit personnel, avec une foule d’insurgés dans l’Italie des années 70. Elle a perdu, fait de la prison, s’est réfugiée en France et il y a un quart de siècle qu’elle a prononcé son definitif adieu aux armes. Elle a été condamnée par une justice d’exception, qui aujourd’hui ne lui reconnaît même pas un seul des jours de prison purgés pendant des années dans les pénitenciers d’Italie.Aujourd’hui, elle a raison et le droit de confier à son corps sa dernière résistance. Lèvres cousues, regard eteint, Marina met ses quatre os en travers, ultime obstacle au chemin qui la ramène en arrière, dans l’obscurité d’un pays excité par des rancunes et des peurs. J’approuve son choix:que ce ne soit pas l’Italie, mais la France, terre de deuxième vie, la responsable du corps de Marina, mort ou vif.Erri De Luca
Paris, journées du 9 et du 12 juillet 2008”
Après l’annonce faite par Nicolas Sarkozy – il entend extrader Marina Petrella en demandant sa grâce – le président de le République italienne , peut-être pas si désireux de récupérer à tout prix une femme en danger de mort, a indiqué que cette demande serait examinée comme les autres. Lentement. Autrement dit, pas de défausse, prenez vos responsabilités.Sur le site http://www.paroledonnee.info/, les signatures se multiplient, connues ou anonymes. Une journée de soutien est organisée samedi 12 juillet à la mairie du 13ème arrondissement , salle des fêtes, de 13h à 18h30. Les silences de l’été peuvent être redoutables.(http://www.mediapart.fr/journal/france/080708/la-france-s-acharne-sur-marina-petrella)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette