Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

135 Billets

3 Éditions

Billet de blog 29 févr. 2012

100, boulevard du Montparnasse

 Page 52, dans le livre d’Anne Gorouben, on lit : A Niort, en sortant de sa chambre pour s’aventurer au fond du jardin, en se perdant loin dans les hautes herbes… En regardant par la fenêtre, ici, non loin de Niort, je les vois, ces herbes. Pas si hautes, à vrai dire, et jaunies par le gel.

Dominique Conil
Journaliste à Mediapart

Page 52, dans le livre d’Anne Gorouben, on lit : A Niort, en sortant de sa chambre pour s’aventurer au fond du jardin, en se perdant loin dans les hautes herbes… En regardant par la fenêtre, ici, non loin de Niort, je les vois, ces herbes. Pas si hautes, à vrai dire, et jaunies par le gel.

© DR

Mais comme  ce que l’on devine sur le dessin qui suit la page 52 – sombre, flouté, si bien que par-dessus le toit rectiligne d’une maison le ciel indécis paraît très clair, comme le maillot de l’enfant, lumineux entre les herbes, oui,  c’est bien ça : même pente douce qui toujours va vers l’eau, et peut-être une veranda, au fond.

Avant la rêverie entre dessin et fenêtre, je pensais joindre le livre d’Anne Gorouben  à l’article parlant des livres de Virginie Linhart et Florence Dosse, sur la vie après les camps, ses silences, ceux des appelés de la guerre d’Algérie.

© 

Car l’enfant en tricot de peau, comme on disait alors, est juif, caché, « sans grand drame »,  dira-t’il ;  il ne rentrera au 100, boulevard du Montparnasse qu’à la fin de la guerre. Ici grandira Anne Gorouben à son tour, le néon de la Coupole clignote à travers les rideaux dans la chambre des parents.

« Cette famille de mon père, dont le silence m’a tant pesé, je me suis mise un jour à la dessiner ».

Mais le livre, même s’il relate une histoire très proche de celle que rapporte Virginie Linhart, le silence post- Shoah dans une famille où l’enfant capte tout ce qui passe, images d’Odessa, bribes de légende familiale, même si elle construit la « mémoire seconde »  évoquée par Florence Dosse, héritage diffus-confus, le livre décidément échappait à cet article-là.

Il n’a pas la tête de l’emploi, déjà : Les Cahiers dessinés , c’est un toucher, couverture bise dont la texture renvoie aux magasins de fournitures pour aquarellistes, impression extrêmement soignée. Il le fallait pour ces dessins cendrés, assombris, arrachés à l’enfance, au souvenirs, incertains et pourtant chargés de violentes sensations.

Comme l’écrit Geneviève Brisac, qui préface le livre, l’histoire a été racontée. Et sauvée. Avec cette qualité essentielle, quand on parle d’enfance, y renvoyer celle ou celui qui regarde et lit, lui restituer les mystères ( et l’inquiétude, et la foi en la magie).

L’histoire en fragments, donc, est d’abord  celle d’une fillette du 100, boulevard Montparnasse, terrorisée par ce noir qu’aujourd’hui elle utilise, qui bloque devant son assiette et vole la nourriture en douce, qui traîne dans l’atelier de confection, un lieu joyeux,  et se voit comme l’enfant entre-deux, ni aînée ni cadette.

© 

Celle, non dite ici, d’une artiste qui s’en ira travailler à Odessa, d’où la famille est venue.

Celle, reconstituée en rêverie éveillée, du père assassin d’un lapin blanc aimé et  caché par un allemand qui lui donnera le gout de l’étude, du grand-père amoureux de Madeleine, des quelques survivants à la déportation qui réapparaissent, de la cousine Malka qui s’est aménagé une cave au cas où, de la voisine bretonne et ses gâteaux au beurre : toute une vie, aussi du quartier Montparnasse d’avant les démolitions. Le texte est concis, minimal, et c’est justement par l’ellipse qu’il renvoie à la « représentation intérieure de toutes ces histoires ». « C’esdt pourquoi, lorsque je dis que je dessine sans savoir ni comprendre, que c’est de l’inconnu, certains ne peuvent pas m’entendre : c’est trop étranger à leur esprit ».

C’est pourquoi, aussi, les clairs-obscurs d’Anne Gorouben ne s’inscrivaient pas dans l’article sur les silences. Ni le lapin blanc, ni le néon de la Coupole,  ni « la famille comme une île » ni l’opérette de la grand-mère ne cadraient tout à fait. Dans les traits sombres, les profondeurs de ces dessins, on s’attarde autrement..

On peut aussi réécouter Anne Gorouben reçue par Alain Veinstein  ( Du jour au lendemain) à propos de son livre, ici. http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4346875

© 

100, boulevard du Montparnasse

Anne Gorouben, 122 pages, Les cahiers dessinés, 18 €.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras