MAISON DE RETRAITE HORS LA LOI

Les maisons de retraite sont hors la loi en imposant à leur patient atteints de la maladie d'Alzheimer un enfermement contraind, et tout le monde s'en fou.

Je me désigne porte parole des 37000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer enfermées dans des « unités spécialisées », UHR , unité d’hébergement renforcées, au sein des EHPAD . Ces personnes privées de liberté au seul prétexte qu’il faut assurer leur sécurité. Le seul moyen utilisé étant à ce jour de les contraindre à vivre dans un espace clos fermé, voir dans une chambre cellule, parfois sous contention. Ou camisole chimique.

 

Aucun texte n’autorise le gestionnaire de l’établissement à entraver la liberté d’aller et venir de ces résidents et pourtant toutes ces unités sont équipées de digicodes ou serrures à clé.

La loi du 11/02/2005 reconnait le statut d’handicapés cognitif (article L114) à ces personnes, et non de malades mentaux dangereux enfermés à la demande d’un tiers ou d’office.

Les EHPAD ne sont pas des établissements psychiatriques ni médicaux..

Dans la plupart des cas, aucun médecin psychiatre ou spécialiste n’est consulté pour décider de l’enfermement, au mieux, le consentement d’un membre de la famille est demandé.

 

Le gestionnaire a l’obligation de vigilance et doit assurer la sécurité de ses résidents, mais il existe bien d’autres moyens que l’enfermement  pour obtenir ce résultat, l’enfermement est le moyen le plus simple, le moins couteux en hommes, il est donc le plus, voir, le seul utilisé par facilité. Il faut repenser les structures et l’organisation du travail afin de rendre digne la vie de ces handicapés.

 

Tous les EHPAD sont hors la loi sur ce sujet, et personne ne dit rien, surtout pas nos malades Alzheimer, subissant l’humiliation de la privation de liberté. Eux aussi ont le droit d’être libre même avec une mémoire affectée, la liberté ne s’oublie pas.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.