c'est fini

Bon voila , on y est. 80 ans et on y est. Je suis au bout. On sait que cela va arriver, on y pense, on en souffre, et puis on y est. C’est le dernier jour. Je suis perfusé, hydraté,patché, lavé, sédaté, accompagné… la belle affaire, on va m’accompagner jusque la porte, après on va me laisser tout seul. Toute ma famille est réunie pour l’occasion, il ne faut pas la rater, ça ne va pas se reproduire deux fois, mes enfants, me dire au revoir comme ils disent, moi je dirai plutôt adieu. demain je ne serai plus la, probablement dans le néant, dans l’amnésie de tout ce que j’ai vécu et dans l’éternité de cette amnésie. Ne plus voir mes enfants,ne plus voir la mer. Aurais je vécu autrement en sachant ce que je vis la, si vite. Ais je des regrets, des remords. Ais je raté quelque chose, passé à coté de quelque chose sans le voir ou sans la voir. Ais je fais souffrir quelqu’un. Je me pose toutes ces questions, je n’aurai pas de réponses, pas le temps, pas l’envie, pas de courage. Je glisse. Je ne souffre pas. Quelqu’un que je ne connais pas me donne la main, c’est gentil mais je ne veux pas cette main, je voudrai la main de ma femme, celle que j’ai aimé, parce que le pire dans la mort c’est de perdre l’amour, ne plus jamais aimer. Et mème si dieu existe, elle ne sera pas la, à quoi bon.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.