il pleut

Maria, j'ai 90 ans, je vis seule chez moi. On me bichonne, on me lave, on me fait mon ménage, on m'apporte le repas, On est toujours la. J'ai un beau lit qui monte et qui descend. Il y a deux jours j'ai décidé de mon commun accord de rester dans mon vieux canapé, sans y bouger, ni pour dormir, ni pour manger. Je ne veux plus me laisser laver ni me changer. Qui pourrait m'en empêcher, je suis chez moi. J'ai la visite expresse du médecin, il me parle Hôpital, maison de retraite. Je lui réponds non, je reste chez moi, il me répond cimetière, il parle de démence. On veut m'obliger, me contraindre, me soumettre, aujourd’hui me perfuser, me sonder, m’oxygéner.On me dit "non assistance à personne en danger". Qui est en danger.En danger de quoi. On ouvre le parapluie, on ouvre un parasol, dehors il pleut; Ne vous inquiétez pas, j'y vais...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.