Mon Empireur,

J’ai bien conscience
qu’il y a aujourd’hui des motifs
de soucis
bien plus importants que ta personne.
Qu’il faudrait que je m’y attarde.
Il y a,
dans un coin de la méditerranée,
des tueries qui ne réconcilient pas avec l’Homme.
Mais,
hélas pour toi,
en monomaniaque poly-pervers mais mono-orientié,
je ne m’intéresse qu’à toi.
Mais peut-être m’attarde-je à ces guerres et n’ai-je pas envie d’en parler ?
Tu ne le sauras pas.
Alors je reviens sur ma mono-manie.

Sais-tu, mon Empireur, que tu as prononcé 175 discours officiels en 2008 ?
Si.
C’est énorme, non ?
It’s magnifical, isn’t it ?
C’est en tout cas ceux que j’ai pu télécharger à partir de ton site perso.
Pas très fun, du reste, ton site perso (elysee.com).
Probable qu’il y a eu caviardage,
Et qu’il en manque,
Supprimés en cours de route...
Mais j’ai pas les moyens de vérifier.
175, c’est le verbatim qu’on te prête.
Moi, ça me va déjà.
Je lis tout ça.
Ça m’épargne les « casse-toi, pauv’con »
Qui, s’ils sont véridiques,
N’ont pas été écrits, décidés, voulus, désirés, prémédités...

Là, il y a 175 discours
Dont on ne pourra dire,
« mais c’était pulsionnel »
« il parle comme le peuple »
« ce n’est pas calculé, c’est l’instinct qui parle »...

J’ai décidé de les relire,
Tous,
L’un après l’autre,
Pour savoir ce que « Parler veut dire ».

Je vais te dire,
une autre fois,
les lignes de force qui traversent le tout,
Mais aujourd’hui
je vais simplement commencer par le début et la fin.
Le discours qui ouvre 2008, le discours qui ouvre 2009.

Tous les deux sont prononcés devant « ceux qui ont veillé pour la tranquillité des autres ».

En 2008, tu as dit :
«
Pour prévenir et contrôler les velléités de certains voyous – au fond les années passent et j’ai envie de les appeler par leur nom : des voyous, qui veulent transformer la rue et leurs quartiers, où les gens ne demandent qu’à vivre, en champ d’affrontements – eh bien, nous avons été bien heureux d’avoir 25 000 policiers et gendarmes engagés sur le terrain, dont 6 500 personnels des forces mobiles. »

Les années passent, et, moi, j’ai envie de dire que malgré le changement de vocable, ce charmant « voyou » qui nous dit qu’enfin nous sommes avec un type qui veille à notre sécurité, il ne me semble pas que tes méthodes policières aient un tant soit peu modifié les agissements de la St Sylvestre.
Et tu conclus par :
«
Le bilan de cette nuit est satisfaisant, il y a eu globalement moins de départs de feux volontaires et quasiment – soyez-en félicités – aucun affrontement entre bandes ou avec les forces de police. »


En 2009, tu nous dis :
«
Cette nuit encore, vous avez eu fort à faire, il y a toujours des gens insensés, même si cela a été relativement calme par rapport à ce que l’on a connu parfois. »
Je n’ai pas eu l’impression que ce fut « relativement calme. »
425 véhicules incendiés en 2005
environ 880 véhicules incendiés en 2007...
1147 véhicules incendiés en 2009 malgré 35000 policiers mobilisés (+ 10000 policiers quand même qu'en 2008).

Que faut-il faire de ta parole, mon Empireur ?

En 2008, tu es revenu sur les « événements » de Villiers le Bel, de novembre 2007.
Et tu as dit :
«
j’ai bon espoir que les assassins – car lorsque l’on tire sur quelqu’un, on est un assassin – qui ont utilisé des armes de chasse pour tirer sur des policiers seront rapidement traduits devant la justice. »
Je te fournis la définition d’assassin :
« personne qui commet un meurtre avec préméditation ou guet-apens ». in Petit Robert 2008.
Loin de moi l’idée de minorer le délit commis par ceux qui avaient le doigt sur la gâchette.
Mais le mot « assassin » a un sens.
Est-ce la position normale d’un Président de la République de dévoyer la langue ?
Tu me diras , c’est un peu comme
« casse-toi, pauv’ con ».
On balance les choses.
Qu’importe.

En 2009, tu réitères à propos des incendies de voitures :
«
Si certains veulent s’amuser avec cela,
tant qu’ils n’auront pas régler* les conséquences de leur forfait .... »
Leur forfait.
Définition :
« Crime énorme » in Petit Robert 2008.
Un crime n’est pas un délit.
Foutre le feu à une voiture est une connerie, mais pas un crime.
L ‘assassinat est un crime.
La tentative d’assassinat aussi.

Mon Empireur, tu pratiques, d’année en année, l’escalade.
J’ai peur de t’entendre en 2010.

Ton dévoué.

 

 

 

 

* La faute d'orthographe se trouve sur le document de l'Elysée... je l'y laisse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.