Je passe tous les jours devant cette affiche.
Quarante fois par jour.
Parfois, en compagnie de ma fille, qui a 14 ans.
Et franchement, franchement,
je n'arrive pas à me dire que la Lolita de ce parfum initial a plus de 18 ans.
Je sais qu'elle peut exhiber une carte d'identité en règle
où son âge officiel est incontestablement supérieur.
Qu'il n'y a donc aucun risque d'être en dehors des clous de la Loi.
Mais, là,
grâce aux miracles du photographe et de photoshop...
quand je pose les yeux sur ma fille juste après avoir vu la publicité (raccoleuse ?)...
Tiens ! Je croyais que le racolage passif était interdit.

 

Je n'arrive pas à rassembler une pensée cohérente autour de ces deux axes :
cette photo affichée des milliers de fois dans tout Paris (et partout ailleurs),
et un débat mille fois ressassé du voile chez la femme musulmane.
C'est vrai que cette jeune femme paraît parfaitement libre.

 

C'est plutôt le client qu'il faut poursuivre.

 

Enfin, là où je suis tranquille, c'est qu'il me paraît certain qu'aucune féministe digne de ce nom ne portera Shalimar.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.