Sarkozy désavoue Guéant sans ambiguïté

Tout le monde a encore en tête la sortie de Guéant à l’UNI :"Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas".Point n’est besoin de revenir sur l’ensemble de la bagarre qui s’en suivit.

9011327412222.jpgTout le monde a encore en tête la sortie de Guéant à l’UNI :
"Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas".
Point n’est besoin de revenir sur l’ensemble de la bagarre qui s’en suivit.

 

 

 

Il est important de retenir ces mots : l’idéologie relativiste de gauche.
Serge Letchimi y a répondu.

 

Dans un mouvement de colère assez immédiat, sans argumenter longuement, j’ai apporté mon soutien à monsieur Letchimi. Sont ensuite venu des soutiens très argumentés, qui ont longuement cité la pensée d’Aimé Césaire.
Mais tout ceci a fortement clivé : gauche contre droite.

 

 

 

 

Monsieur Guéant, néanmoins pressé de s’expliquer, a cru bon de préciser son propos par les mots suivants :
"Très clairement, la civilisation française d'aujourd'hui est meilleure que la civilisation française de l'époque à laquelle on autorisait l'esclavage, elle est meilleure que la civilisation française de l'époque où on pratiquait la peine de mort, elle est meilleure que celle à laquelle on n'avait pas le droit de vote".

 

 

 

D’où l’on déduit deux choses :

 

A.    Monsieur Guéant a une vision nettement progressiste de la civilisation.
Le passé est moins bon que le présent.
Le présent forcément moins bon que l’avenir…
(Pour peu que l’on confie cet avenir à Guéant lui-même… me dis-je in petto).

 

B.    Monsieur Guéant a donc dû,
logiquement,
préférer voter pour un homme qui s’engageait à abolir la peine de mort,
que pour un homme qui avait refusé sa grâce à un homme
dont la condamnation laissait pourtant un drôle de goût de doute dans la bouche…
(C'est pas sûr ? Ah bon).

 

 

 

Enfin bon, ce clivage droite-gauche semble nécessaire à la bonne marche de la prochaine élection présidentielle.

 

 

 

Las. Sarkozy dément totalement Guéant.

 

 

 

 

 

Voici son intervention :
« Il y a environ dix-huit mille ans, l'homme choisissait la grotte de Lascaux pour y déposer sa vision du monde, sa mémoire, en quelque sorte ses mystères… » nous dit le Président de la République. « Quand on voit les peintures de Lascaux, on comprend quelque chose que l'on ne peut imaginer, c'est que la culture de ces hommes n'a pas grand chose à envier à celle que nous connaissons aujourd'hui. J'avais déjà été confronté avec cette idée par l'intermédiaire du plus grand anthropologue français Claude Levi-Strauss, qui nous a quitté il y a quelques mois, et qui a été l'un de ceux qui ont le plus fait reculer l'idée des sociétés primitives, pour faire simple. »

 

 

 

Ah bah tout de même.
Claude Lévi-Strauss, convoqué par la gauche, mais qu’on ne peut étiqueter de gauche, est lui-même convoqué par Sarkozy.

 

 

 

Il me semble que l’affaire est entendue
(et qu'on ne me dise pas que le traitement de la femme par l'homme, il y a 18000 ans, nous est si bien connu que l'on puisse s'en féliciter aujourd'hui).

 

 

 

 

Quoi ?
L’on me prie de signaler que cette intervention du Président de la République date du 12 septembre 2010, lors d’une visite à Lascaux.

 

Oui.
Et alors ?
C’est bien, les prises de position hors des polémiques.
On est sûr de n’être pas dans des clivages bidons liés à des prises de positions idéologiques, non ?

 

 

 

 

 

 

Ah mais j’entends que l’on me souffle : « le discours était écrit par un autre »…
Oui. Oui. C’est bien possible.
D’ailleurs Sarkozy lui-même en convient quelques secondes plus tard :
« Je suis complètement perdu dans mon discours,
mais j'ai exactement dit ce que je pensais,
je vous laisserai le discours,
dont je salue et félicite les auteurs par ailleurs
 ».

 

 

 

 

Sacré Sarkozy.
Et pan dans l’Guéant !

 

 

 

Evidemment, aujourd’hui ce n’est plus le Président de la République qui parle, c’est le candidat… et ça…

 

 

 

 

***

 

extraits du DISCOURS DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
pour le 70ème anniversaire de la découverte de la grotte de Lascaux
Les Eyzies (Dordogne) -- Dimanche 12 septembre 2010

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.