dona flor
retraitée de l'éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 août 2011

dona flor
retraitée de l'éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

famine en Afrique de l'est

dona flor
retraitée de l'éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Charlie Hebdo a de bons articles : celui-ci mérite d'être lu :

METTEZ UN SOMALIEN DANS VOTRE MOTEURLes petits crève-la-faim de la Corne de L’Afrique ne meurent pas pour rien. Grâce à eux,nous allons pouvoir rouler propre.Charité. Comme c’est mignon d’être charitable et d’envoyer plein d’argent à L’Unicef. Tropmignon. D’autant que La situation est affreuse, hein ? 12 millions de personnes frappées par une sécheresse biblique dans La corne de l’Afrique, qui claquent des dents. Et, parmi eux, tant de gosses tellement télégéniques.Pendant ce temps, concentrée sur des choses plus sérieuses, notre vertueuse Union européenne a décidé de donner un Label. Bruxelles va en effet, au cours de cinq prochaines années, désigner des biocarburants « durables», forcément durables. Rappelons pour le fun que d’excellents humanistes industriels sont parvenus à obtenir des subventions publiques, par dizaines de millions d’euros, pour fourguer à nos beaux pays des carburants automobiles tirés de plantes alimentaires. Ici du colza, du tournesol, du blé, de la betterave. Ailleurs de la canne à sucre, de l’huile de palme, du maïs, du manioc. Parmi les « partenaires » de notre belle Union européenne chargés de labelliser Les biocarburants, une structure appelée RTRS’, qui compte parmi ses membres bienfaiteurs Monsanto, et une autre où le champion des OGM DuPont-Pio­neer fait La pluie et le mauvais temps.COMME AUX BEAUX TEMPS DES COLONIESMais y a-t-il un rapport entre [‘actuelle famine de masse dans La Corne africaine et ces si beaux profits? À question curieuse. réponse étonnante: c’est oui. Partout en Afrique on accapare des terres pour fabriquer des carburants destinés à nos chères bagnoles. Les exemples sont si nombreux qu’on ne peut qu’évoquer une poignée de cas. Au Burkina, pays d’un ancien président assassiné — Thomas Sankara —, on a fêté le 23 juillet le premier anniversaire du groupe Belwet biocarburant SA, en présence du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, et d’un ancien chef de l‘État, Saye Zerbo. On ne sait pour qui ça paie, mais ça paie, Partout, de l’Angola en ruine au Mozambique en haillons, du Mali à la Tanzanie en passant par La République démocratique du Congo — ancien Zaïre —, Les philanthropes au pouvoir vendent des millions d’hectares de terres agricoles ou de forêts, destinés aux biocarburants.L’exemple du Kenya est d’autant plus frappant qu’il est au cœur de la zone actuelle de grande famine. Le quotidien de Londres The Guardian du 2 juillet raconte comment un village de 427 âmes du delta du Tana e été détruit de fond en comble pour laisser la place à une plantation de canne à sucre destinée aux biocarburants européens. Très joyeux. On se croirait revenu au beau temps des colonies. Un témoin raconte «Ils nous ont dit que nous serions tous brûlés si nous ne partions pas […]. Aucun d’entre nous n’a compris pourquoi. » Aucun? Ces Africains sont vraiment de grands enfants. Et nos réservoirs, les gars?Dans L’Éthiopie voisine, pareil. Kuraz Sugar Project, compagnie d’État, est en train de vendre 150000 hectares de terres fertiles dans La vallée de l’Omo, destinés aux biocarburants tirés de la canne à sucre. La compagnie italienne Fri-El Green, installée au sud de l’Omo, gère déjà 30 000 hectares de palmiers à huile, dans Le même but, comme le révèle l’association Survival.Gardons notre bonne humeur, et ne faisons pas comme ce mauvais coucheur de Christian Berdot, qui suit de très près le dossier pour les Amis de la Terre. « À une autre époque, dit-il à Charlie, on parlait de Schreibtischtäter, des criminels de bureau. En Éthiopie, des firmes européennes ont acheté, loué, en tout cas utilisent I million d’hectares pour faire pousser de la canne à sucre, une plante qui nécessite beaucoup d’eau. Dans un pays où des millions de personnes sont touchées par la sécheresse et la famine. »On s’en fout et l’on a bien raison, car [‘Union européenne maintient ses objectifs de 10% d’énergie renouvelable dans les carburants d’ici à 202, dont l’essenceviendrait des biocarburants. Et nous avons chez nous des avocats de choc de ce noble choix de civilisation. Par exemple, Bernard Chaud, vice-président du Syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAAI industrie de pointe des biocarburants. Jusqu’en 2007, Chaud était chef du bureau Biomasse, Biocarburants, Bioénergie et Biomatériaux au ministère de l‘Agriculture. Une bonne place publique, suivie d’un magnifique poste privé. Fabrice Nicoline1. www.responsibLesny.org2. www.survivatfrance.orglactu/7522

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et de viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan