minimoiKS
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2015

A Saint-Denis, les soins aux habitants traumatisés butent sur l'indifférence des politiques

minimoiKS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Republié depuis mon blog (passages surlignés par moi)A Saint-Denis, les soins aux habitants traumatisés butent sur l'indifférence des politiques


L'immeuble où s'est déroulé l'assaut policier, au coin des rues Corbillon et République © AP

Au milieu de la vaste esplanade que bordent la mairie et la basilique de Saint-Denis, ils forment, samedi 28 novembre, un groupe serré. Séparés depuis peu, ils se retrouvent avant d’entrer dans la mairie. Les enfants jouent, s’énervent un peu, sont cajolés par les uns et les autres. Les passants les reconnaissent : « Ce sont ceux du 48. » L’immeuble du 48, rue de la République, à cent mètres de là, a subi le 18 novembre au petit matin un assaut antiterroriste d’une violence folle. Les forces de l’ordre ont tiré 5 000 balles, un homme s’est fait exploser.Pendant trois à sept heures, les 87 habitants de l’immeuble,dont 26 enfants, sont restés couchés au sol, sous leurs lits, se sont cachés dans des placards, terrorisés par le fracas des balles tirées en rafales, dont certaines ont brisé leurs fenêtres, leurs portes. Une forte explosion a fait trembler leurs murs, certains sont tombés en morceaux. En sortant enfin de leur immeuble presque détruit, ils ont vu des morceaux de chair humaine éparpillés.


Les enfants et les adolescents, victimes directes ou non, sont également atteints dans leur sentiment de sécurité. Les psychiatres et les psychologues les écoutent, mais ne peuvent pas leur dire « c’est fini ». La seule parole de consolation possible est de leur dire que le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour que cela ne se reproduise pas, et que la police est là pour les protéger. Cette affirmation n’a pourtant rien d’évident à Saint-Denis, ces professionnels le savent.L’imaginaire colonial y est encore vivant, à travers « des restes traumatiques non élaborés collectivement et individuellement en France », explique la psychologue clinicienne Malika Mansouri, qui exerce en pédopsychiatrie au Centre hospitalier de Saint-Denis et conduit desrecherches, notamment sur les racines postcoloniales des émeutes urbaines. « Il y a une inquiétude latente, celle d'une police qui ne viendrait pas pour les protéger, mais au contraire, pour les considérer comme de potentiels criminels, alors même qu'ils sont victimes des événements, eux aussi.Comment faire alors pour se préserver quand la police, dont le rôle est de protéger, est vécue comme une menace ? »Mercredi 18 novembre, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve s’est déplacé quelques minutes pour constater la fin de l’opération antiterroriste et n’a eu aucune parole de consolation, se contentant de saluer « le sang-froid » des habitants. Depuis, aucun membre du gouvernement n’a fait le (court) voyage à Saint-Denis. Selon Le Mondeet Libération, six habitants de l’immeuble assailli ou du voisinage, tous sans papiers, ont été mis en garde à vue pendant 72 heures avant d’être mis hors de cause. Quatre d’entre eux ont ensuite été placés en centre de rétention administrative avant d’être libérés. Tous ont reçu des obligations de quitter le territoire français.Pour la psychologue Malika Mansouri, « ce traitement ne peut qu’alimenter la peur de la police. Les personnes vivant des situations de précarité ne pourront plus s'autoriser à appeler la police en cas de danger. Car quel sera, pour elles, le plus grand danger ? Les politiques publiques devraient réfléchir aux conséquences psychiques et sociales sur la durée de telles décisions ». Pour Tigrane Tovmassian, « les représentants de l’autorité doivent au contraire montrer qu’ils se soucient des gens, pas seulement en paroles, mais en actes. Ils devraient même faire preuve de tendresse. Les victimes ne peuvent sortir de ce statut qu’à condition d’être reconnues comme telles. Si elles ne le sont pas, elles restent enfermées dans cette revendication ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay