Dorian-Gray
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juil. 2016

Que reste-t-il de l’avant-gardisme dans les médias français ?

Repris par Laurent Courbin, le Pdg d’Ateo Finance, en décembre 2015, Technikart renaît actuellement de ses cendres ; l’occasion pour nous de revenir sur la spécificité, dans le paysage culturel français, de ce magazine.

Dorian-Gray
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une couverture de Technikart, magazine racheté par Laurent Courbin

Être à l’avant-garde implique d’incarner une vision du monde dissonante, un état d’esprit différenciant qui tranche diamétralement avec le conformisme et les valeurs conservatrices innervant la société. Cela vaut pour l’art, la littérature, le cinéma, mais également pour le champ médiatique. Reflet des différents courants de pensée qui irriguent la société, certaines revues culturelles forgent leur authenticité et leur originalité sur une dialectique subtile entre dissonance et mainstream.

C’est le cas notamment, du magazine Technikart, l’un des derniers avatars de cet anti-conformisme décalé et rafraîchissant, véritable trendsetter hexagonal. L’histoire de ce mensuel, où se mêlent à la fois le chaos et l’avant-gardisme, le dissonant et l’innovant, le rend si spécifique dans le champ médiatique français, que sa disparition aurait constitué, à n’en pas douter, une perte considérable. 

L’homogénéisation du champ culturel est-elle une fatalité ?

L’homogénéisation du champ culturel et médiatique est l’une des antiennes de l’époque contemporaine. La crainte d’une disparition de la diversité et le constat d’un avant-gardisme moins flamboyant par rapport aux époques antérieures traversent l’imaginaire collectif. La nostalgie de l’effervescence intellectuelle post 68, où les revues les plus hétéroclites proliféraient, conduirait certains à appréhender le paysage culturel contemporain comme lisse et conformiste.

Que reste-t-il de cet avant-gardisme intellectuel français ? Le bouillonnement qui a animé les revues non-conformistes de la contre-culture est-il toujours aussi prégnant ?

Les déboires qu’a connus Technikart, revue culte ayant vécu ses heures de gloire dans les années 2000, il y a quelques années semblaient annoncer le déclin inexorable de cet état d’esprit si particulier, et portaient en germes la fin d’une époque. Au bord de la disparition, Technikart aurait emporté dans sa chute une culture caractérisée par la symbiose entre le subversif et le créatif.

Ce magazine a forgé sa réputation sur sa capacité à anticiper les tendances culturelles et sociétales, voire à être un acteur à l’origine de ces évolutions. D’où la nécessité de préserver ce magazine, véritable porte-étendard de la contre-culture, à même de rompre avec la convention et les discours conformistes.

L’avant-gardisme, une vision du monde au cœur du positionnement de Technikart

Pour expliciter le positionnement d’une revue comme Technikart, on peut établir une analogie avec la réflexion menée par Kandinsky dans Du Spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier sur la vitalité de l’esprit et la progression temporelle de la société. Le lectorat de Technikart a toujours été cantonné à une certaine frange de la société ; fédérant un public jeune et urbain, en quête de symboles, d’idées et de tendances différenciantes.

Se présentant comme un trendsetter, le magazine a toujours été traversé par une dimension prophétique et anti-hégémonique. En ce sens, la comparaison de son positionnement avec le concept de triangle spirituel théorisé par Kandinsky va de soi.

Le maître et le théoricien de l’art abstrait appréhendait la vie culturelle comme un triangle, au sommet duquel une infime poignée d’intellectuels et d’artistes impulsent, à rebours des idées dominantes de leur époque, une nouvelle vision du monde. Condamnés à être des prophètes d’un temps qui reste à venir, leurs paroles et écrits dissonants n’en sont pas moins à la pointe de l’avant-garde.

D’une certaine manière, se joue là l’éternel querelle des Anciens et des Modernes, avec à la pointe une minorité animée par la volonté de faire advenir une nouvelle vision du monde, et à la base, une foule pléthorique enracinée dans le conformisme.

Technikart, depuis sa création, s’est toujours positionné du côté des Modernes, dans l’optique de rompre avec le conformisme et le conservatisme.

La reprise de Technikart en décembre dernier par Laurent Courbin, patron de Ateo Finance, constitue à ce titre une nouvelle rafraichissante pour ce mensuel impertinent et innovant.  Le sauvetage de Technikart par Laurent Courbin permet à ce magazine de pouvoir continuer à problématiser le conformisme et la normalité de notre société. En espérant que ce dernier, inscrive son action à la tête de Technikart en adéquation avec l’esprit qui anime le magazine depuis sa création.

Quoi qu’il en soit, la sauvegarde de cette pluralité culturelle et intellectuelle ne peut que réjouir ceux qui préfèrent les voies novatrices aux sentiers battus et monotones. 

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart