Dorien
Senior Business Strategy Consultant, Financial Engineer, Senior Administrator
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2021

N'ième erreur de Macron ou opportunité d'éjection de la politique françafricaine

Dorien
Senior Business Strategy Consultant, Financial Engineer, Senior Administrator
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous nous interrogeons tous sur le pourquoi de ce changement de paradigme ?

Si cela en est un.

C’est un débat qui fait couler beaucoup d'encre en Afrique et dans sa diaspora. Pour la simple raison que les pays d’Afrique, en l’occurrence ceux du cercle francophone sont face à un interlocuteur au comportement peu sérieux. C’est un colon qui n’a pas cessé de l'être. 

D'entrée de jeu, je souhaite apporter une précision d'ordre sémantique. Je suis de ceux qui pensent et à juste titre que parler de sommet France-Afrique ou Afrique-France, peu importe l'ordre, est extrêmement réducteur pour les Africains. Il faut absolument que les Africains cessent avec cette infantilisation. Pourquoi ne parle-t-on pas de sommet Amérique-France ou Asie-France ? Sur le plan  symbolique, cela a une portée incroyable. Comme toujours, certains africains dans leur légèreté négligent le pouvoir des mots, mais ce dernier est le meilleur outil qui permet de travestir la pensée, travestir la vérité et travestir l'esprit des individus. Un exemple éloquent sous nos yeux, est le pouvoir des médias, qui tire toute sa substance du pouvoir des mots. Ce qui produit un effet absolument dévastateur sur les populations quelles qu'elles soient à travers le monde. Il faut mettre fin à cette infantilisation et ceci n'aura de succès que dans une logique de rapport de force.

Notons aussi que le Président Macron, depuis sa prise de pouvoir est allé d'erreurs en erreurs dans ses promesses naïves vis-à-vis de la jeunesse africaine, dans ses prises de positions hasardeuses vis-à-vis de l'Afrique,  dans sa piètre connaissance de l'univers africain et dans sa connaissance superficielle de la nébuleuse et ténébreuse Françafrique. Je ne vais pas citer toutes les occasions de se taire loupées par le Président Macron lorsqu'il aborde les questions africaines. Elles sont tellement nombreuses et très étonnantes, surtout venant de quelqu'un qui dit avoir passé une période de stage au Nigéria à la fin de ses études d'administration, visiblement, ce séjour ne l'avait certainement pas propulsé dans ses connaissances du continent.

Une rétrospective récentes des événements en Afrique, nous renseigne sur l'agenda dissimulé de l'Élysée.

Au Mali, il est évident que la France est en déroute. Comment expliquer huit années de présence militaire en territoire malien sans aucun résultat ?

Au moment où il faut faire un bilan, la diplomatie française a toujours utilisé la dérision. Elle s'en prend à la société de sécurité russe Wagner en prétendant que cette dernière est un vulgaire regroupement de mercenaires. Elle s’en prend aux médias non français.

Pourquoi, lorsque le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga dit franchement et librement ce qu'il pense, ses propos irritent Macron et bouleversent complètement toute la diplomatie française. Devant de tels propos, légitimes et sincères, Macron perd son contrôle, au point de tomber dans l’invective.

Au Tchad, la France a été aux premières lignes pour supporter le coup d’État constitutionnel. Macron, en allant sur place adouber le jeune Mahamat Idriss Deby, à montrer aux yeux de la communauté internationale qu'elle mène sans vergogne une politique du deux poids, deux mesures dans les questions africaines.

En République Centrafricaine, la France s'est prise une raclée historique, au point de tenir des propos honteux à l'endroit du Groupe Wagner (société de sécurité privée russe). Laquelle a réussi là où l'armée française et les casques bleus ont  échoué.

En Algérie, la France et sa piètre diplomatie se rendent ridicules. Macron dit avoir de bonnes relations avec son homologue Algérien. Et le lendemain, ses propos sont démentis, il est froidement désavoué par le Président Abdelmadjid Tebboune, qui a exigé à la France « un respect total de l’État » et en a rajouté une couche, en disant que « l’histoire ne peut être falsifiée ». La France croit avoir tous les droits en terres africaines.

le sommet de Montpellier était un simulacre de sommet.

Nous sommes tous conscients de l'existence  des relations tumultueuses entre plusieurs gouvernements africains et leurs diasporas. Initier un sommet avec la société civile africaine sans avoir pris la peine d'informer  les chefs d'États africains, fait partie des pratiques, qui amplifient la cassure sociale au sein des pays africains. Cette décision unilatérale de la France ne nous surprend pas, car elle s'inscrit dans la logique même du comportement de l'exécutif français vis-à-vis des pays africains, c'est-à-dire, condescendance et mépris.

Macron se gargarise d'avoir donné la parole aux jeunes africains en France. Il dit avoir permis aux jeunes africains de s'exprimer franchement et librement en relatant leurs vérités. Selon ses amis et selon lui, c'est un exercice qu'il affectionne. Pourquoi, lorsque le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga dit franchement et librement ce qu'il pense, ses propos irritent Macron et bouleversent complètement toute la diplomatie française. Devant de tels propos, légitimes et sincères, Macron perd son contrôle, au point de tomber dans l’invective. Ceci prouve à suffisance que le sommet de Montpellier était un simulacre de sommet. Si Macron affectionne cet exercice, ceci doit l’être indépendamment de son interlocuteur. Sinon, cela s’appelle du deux poids, deux mesures. Bien évidemment, Macron a une fois de plus brillé par sa politique du deux poids, deux mesures lorsqu'il aborde les questions africaines. 

Nous avons beaucoup apprécié les différentes prestations des intervenants de la société civile africaine lors de cet échange historique. Ces derniers ont abordé l'essentiel des problèmes, peut-être sincèrement, peu importe. Ce que nous voulons faire comprendre ici et que nous dénonçons avec force est cette façon ignominieuse d'utiliser la société civile africaine à des fins personnelles. D’une part, électoraliste et d’autre part, pour agrémenter son mépris vis- à-vis des présidents africains. 

L'idée de rencontrer la société civile africaine suscite d'énormes interrogations notamment d'un point de vue de la démarche. Premièrement, nous avons évoqué plus haut les décisions unilatérales de la France qui se font en violation des codes éthiques de la diplomatie entre pays amis. Deuxièmement, la question de la légitimité de l’esprit même de la rencontre et enfin, la question de la représentativité de cette société civile africaine.

En dépit de tous les arguments évoqués, il apparaît que ce dialogue n'a pas été sincère de la part de Macron. Il est important de noter que Macron fait partie des avides du pouvoir, car il est prêt à faire tout ce qui peut lui permettre d'obtenir un second mandat. Bien même lorsque ce serait au détriment de cette pauvre jeunesse africaine dont il prétend comprendre et être si proche. De plus, il n’y a eu aucune décision forte lors de ce sommet. Toutes les velléités à l’instar de la création d’un fonds d’innovation pour la démocratie ou construction d’une maison des mondes africains et des diasporas, etc. Soyons sérieux, en quoi ces propositions améliore-t-elles le quotidien et les conditions de vie du pauvre cultivateur africains qui ne dispose même pas du simple matériel de protection pendant ses longues heures de travail ?  En quoi cela change la vie de la vendeuse du bord du trottoir qui a besoin d’un simple appui financier ou de conseil pour optimiser son activité et peut-être le rendre formel et faire bénéficier de sa capacité de travail à toute une nation ? 

Les africains doivent réfléchir sur ce qu'ils veulent exactement.

Africaines, Africains,

Cessons avec l’infantilisation !

Cessons de croire au petit baratin honteux d’Emmanuel Macron !

Cessons de penser que le salut des Africains proviendra des actions des non-Africains, pire encore d'un colon qui n'a jamais cessé de l'être.

Cessons de croire que la France est l’une  des actrices de notre développement. Elle doit tout simplement être spectatrice comme bien d’autres.

Cessons de croire que la France doit être présente dans tout ce que nous entreprenons. Cela ne nous honore pas.

Cessons de rêver et supportons avec force la République Centrafricaine et le Mali qui font preuve de patriotisme et de pragmatisme. Un train dont nous sommes les seuls conducteurs, est en marche et ne pourra s’arrêter.

Simulacre de sommet à Montpelier © Dorien

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : le président réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo