mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 27 juil. 2016 27/7/2016 Dernière édition

La garde à vue traumatisante de six lycéens de Fontainebleau

«Les jeunes gens de 15 à 16 ans ont été placés en garde à vue dans des conditions indécentes, menacés et humiliés par la police, leurs familles ne veulent pas laisser passer cette injustice et les pratiques dégradantes que leurs enfants ont subies»
© L'homme à l'écharpe rouge de fontainebleau
© L'homme à l'écharpe rouge de fontainebleau

«Les jeunes gens de 15 à 16 ans ont été placés en garde à vue dans des conditions indécentes, menacés et humiliés par la police, leurs familles ne veulent pas laisser passer cette injustice et les pratiques dégradantes que leurs enfants ont subies»

 

Les six jeunes gens ont été arrêtés entre 13h15 et 14h15, à l'issue d'une manifestation, mardi 12, dans le centre ville de Fontainebleau par les forces de l'ordre. L'arrestation était musclée, l'un des jeunes se serait vu appliquer un sac de toile sur la tête, les bras tirés en arrière et frappé à plusieurs reprises. Pour les autres, la même méthode mais avec les capuches de leur jogging. Menottés, placés engarde à vue et accusés au final de rébellion à agent de la force publique, les lycéens ont vécu de l'intérieur les méthodes policières largement dénoncées depuis que le nombre de gardes à vue a explosé sous la politique du chiffre instiguée par le chef de l'état.

Cette manifestation n'avait pas vu de casseurs ou d'affrontements violents, pas d'agressions de policiers, de blessés, aucun flagrant délit au moment des faits.

 

La police prend son temps, les parents dans l'incompréhension.

 

Les adolescents étaient pour quatre d'entre eux (sur 6) inconnus des services de police : des élèves de seconde qui participaient à leur première manifestation. Le procès-verbal montré à des parents, truffé de fautes d'orthographes, indiquait que les jeunes étaient «recherchés». Les descriptions des lycéens ne correspondaient pas à la réalité, les jeunes ne savaient même pas qu'ils étaient «recherchés» lorsqu'ils ont été interpellés, chacun en train de déjeuner tranquillement en ville dans des lieux différents ou chez eux. Leur garde à vue a été une épreuve qu'ils n'oublieront pas de sitôt, et à l'écoute de leurs témoignages ainsi que ceux de leurs parents, on peut se poser la question de savoir si la motivation principale de la policede Fontainebleau n'était pas d'humilier, impressionner, apeurer. Lamarque indélébile que ces policiers ont laissée à ces adolescents n'est pas prête de s'effacer : déshabillés (en caleçon), à 3 dans une cellule de 4 mètres carrés couverte de vomi, d'excréments, d'urine, l'un d'entre eux d'origine Africaine frappé à plusieurs reprises, dans une voiture de Police et dans sa cellule. Les parents témoignent des ricanements des policiers, de leurs menaces à peine déguisés sur l'issue judiciaire (voir interview de la mère d'un des jeunes).

 

Défèrement chez le juge

 

Les lycéens ont été amenés en fourgon le lendemain matin au Palais deJustice de Melun. Moqueries des policiers avant d'arriver qui leur parlent de «fleury-merogis». La juge n'avait pas de temps pour ces affaires «en plus», les jeunes gens ont donc attendu dans une cellule de dépôt au sous-sol, leurs parents dans le tribunal. En fin d'après-midi : mise en examen pour rébellion, un procès aura lieu à une date indéterminé. Le problème soulevé par les parents reste entier, au delà de ces méthodes et des conditions de détention inacceptables, de l'attitude impardonnable de la Police qu'ils veulent dénoncer. Pourquoi les arrêter une heure après les événements, pourquoi ces méthodes ? Les descriptions de la Police ne correspondent pas mais des vidéos montrent d'autres adolescents portant des vêtements correspondant au signalement précis d'un procès-verbal. Les jeunes auraient-ils été choisis en dépit, parce que les officiers de Police ne trouvaient pas ceux qui étaient décrits dans l'avis de recherche ? La dignité des personnes n'a pas été respectée dans cette affaire et l'on semble oublier que des adolescents de 15 ou 16 ans, plus fragiles par définition que des adultes peuvent voir leur équilibre psychologique, leur avenir perturbés par ce type de mise en détention et de manquements à la dignité humaine.

 

 

Interview de la mère d'un des 6 adolescents passé en comparution immédiate le lendemain de sa garde à vue.

 

«6 lycéens entre 15 et 16 ans se sont vus arrêter à Fontainebleau, une heure après la dispersion de la manifestation. Menottés, placés en garde à vue, puis déférés devant un juge le lendemain matin, la mère de l'un d'eux accepte de répondre à mes questions : le sentiment d'injustice, les pratiques policières scandaleuses, le traumatisme subi sont trop importants pour que le silence soit de mise pour cette formatrice qui ne comprend pas que la Police puisse avoir des comportements aussi inhumains, plus particulièrement avec des adolescents, fragiles psychologiquement par définition.»

 

Pascal Hérard : Comment avez-vous appris la garde à vue de votre fils ?

 

M.L: «Le commissariat m'a appelé à 14h25, 25 minutes après l'arrestation,un coup de fil très succinct. L'inspecteur m'a juste dit «violence au cours de la manifestation». Lorsque j'ai demandé ce qu'on pouvait faire, sa réponse a été très évasive, il a pris les coordonnées du père, que j'ai données. On ne pouvait pas avoir beaucoup d'informations. Quand j'ai demandé combien de temps il allait rester, il m'a dit 24h reconductibles. Je lui ai dit «il a quand même que 15ans», c'est là où il m'a dit qu'à 15 ans «ils avaient autre choses à faire que manifester». Je me suis sentie accusée.

 

Pascal Hérard : Vous êtes allée au commissariat, comment cela s'est-il passé ?

 

M.L: Le père de mon fils était déjà arrivé et m'a donné les informations qu'il avait : il était 18h, le gamin était interrogé avec cinq autres, eux aussi en garde à vue, aucune décision n'était prise, et il n'était pas question qu'ils les gardent plus. A priori ils allaient être relâchés après cet interrogatoire et ces quatre heures de garde à vue. On est allé devant le commissariat et un inspecteur nous a rejoints. Il s'est présenté comme responsable de l'enquête et nous a annoncé qu'ils le gardaient pour la nuit, que le lendemain notre fils passerait en comparution immédiate devant le procureur. J'ai demandé des précisions, je savais que la sanction pouvait être grave. Il est toujours resté flou. Il a parlé de jets de bouteilles, d'une sanction pouvant aller jusqu'à un placement judiciaire en centre.

 

Pascal Hérard : Mais qu'est-ce qui était réellement reproché à votre fils ?

 

 

M.L: «On a jamais trop su, il parlait régulièrement de jets de cailloux sur les policiers. Mais on a jamais pu avoir un motif fixe et précis à ce moment là.»

 

Pascal Hérard : A partir de là les événements se sont enchaînés ?

 

M.L: «Le père a pu lire la déposition de notre fils, j'ai demandé à le voir, on me l'a refusé sous prétexte que la procédure l'interdisait. On a attendu dans le commissariat. Un policier est venu me voir et m'a demandé de quoi souffrait mon fils. Je ne comprenais pas. Le policier m'a dit, «on a appelé les pompiers, il fait une bonne crise de cinéma». Ils l'ont sorti de la cellule, placé dans une pièce vitrée où on pouvait l'observer, il était blanc comme un linge. Il a perdu connaissance. Il a demandé ensuite à nous voir, s'est mis à crier. Un policier est venu, ricanant, et nous a dit que «c'était un bon coup de cinéma.» Les pompiers ont fini par l'emmener à l'hôpital, je suis arrivée à sortir avec lui. J'ai été repoussée lorsque j'ai voulu l'accompagner. Un policier m'a dit: «il rigolera moins demain quand il sera en maison de redressement». Le médecin a conclu à une crise de spasmophilie et lui a donné un sachet plastique pour qu'il puisse respirer dedans, mais ensuite le sachet lui a été retiré par les policiers. Pareil pour la serviette en papier qu'il demandait parce qu'il avait peur de vomir dans la cellule déjà pleine de vomi. Comme il avait refusé à manger en pleine crise de spasmophilie, ils ont refusé qu'il mange ensuite ou qu'on lui amène à manger. La case « a refusé le repas administratif» avait été cochée, donc ce n'était plus possible. Ils l'ont emmené et on ne la plus revu jusqu'au lendemain après-midi, chez le juge.»

 

Pascal Hérard : Le lendemain matin les 6 adolescents ont été déférés devant le juge, qu'est-ce que vous pouvez en dire ?

 

M.L: «Dans un premier temps, pour nous ce n'était pas un défèrement, mais une comparution immédiate devant un procureur. On avait contacté un ami avocat qui était très étonné et inquiet de cette comparution immédiate.Une fois monté dans le bureau du juge il a compris que c'était un défèrement, un passage devant le juge pour enfants. Un éducateur est venu nous voir dans la matinée, nous a questionnés. Il était plutôt positif après nous avoir parlé. On savait juste que les enfants était dans un dépôt. On a passé toute la journée à attendre. Mon fils est finalement passé devant la juge à 17h, dans un bureau, avec nous, un policier qui le surveillait, l'avocat, un greffier. Ca a duré 10 minutes. Le motif a été lu : rébellion et violence contre agent de police. Ce qu'il reconnaît c'est d'avoir envoyé un débris de tomate sur un policier et d'avoir écarté une grenade lacrymogène en direction des forces de l'ordre qui étaient très loin, parceque la grenade était tombée près d'une poussette. La juge a prononcé une mise en examen et indiqué qu'il y aurait procès dans un délai indéterminé.»

 

Pascal Hérard : Quel est votre sentiment aujourd'hui ?

 

M.L: «D'abord un sentiment de colère. Je suis extrêmement surprise aussi qu'on puisse traiter des enfants de cette manière là. Ils ont été traités comme s'ils avaient tué quelqu'un. Je suis en colère qu'on puisse traiter les personnes de façon aussi inhumaine. Même s'ils avaient fait ce qu'on leur reprochait, j'estime que ces procédures d'interdire le droit de manger après une crise de spasmophilie, de les enfermer à trois dans une cellule de quatre mètres carrés pleine de vomi, couverte d'excréments et d'urine, c'est scandaleux, et ça va contre la convention des droits de l'enfant. Il y a une déchéance qui est terrible. L'un des 6 adolescents d'origine Africaine a été frappé une partie de la nuit, c'est ce que m'a dit mon fils et l'un des autres en cellule avec eux. Ils ont été déshabillés, à quoi ça sert ? J'ai de la peur aussi, parce qu'on se rend compte qu'une fois que le système est en marche, il peut vous écraser. Un grand sentiment d'impuissance et d'injustice. Ces adolescents payent pour les autres, pour autre chose.»

 

 

Pascal Hérard : Que vous dit votre fils après après ces événements marquants ?

 

M.L: «Il a peur. Il dit qu'il va éviter tout signe distinctif, qu'il ne se sent pas en sécurité. Qu'il évitera tout mouvement de foule, manifestation, qu'il se sent fiché, mais il est fiché d'ailleurs, réellement. Il a enlevé sa boucle d'oreille, il se sent catalogué, sur ses vêtements par exemple. Sans compter qu'avec le procès il risque d'avoir un casier judiciaire. A 15 ans, pour un débris de tomate ça fait un peu beaucoup quand même.»

 

 

Propos recueillis au domicile de la mère d'un des adolescents qui désire rester anonyme par inquiétude sur la suite des événements.

Un collectif de soutien est en cours de constitution, des témoignages complémentaires d'adultes présents lors de la dispersion de la manifestation affluent .

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Les témoignages pleuvent sur les événements de la Place Bellecour où des centaines de jeunes ont été emprisonnés 6 heures sous les jets de gaz lacrymogènes et des tirs de flashball, jeudi dernier à Lyon. Cette opération policière radicalement raciste (voir les témoignages plus loin sur le site rébellion.info), suivie de décisions de justice démesurées pose de nombreuses questions sur l'état de notre démocratie et le silence des grands médias à ce sujet.

http://rebellyon.info/Temoignages-sur-la-prison.html

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Le blog

suivi par 3 abonnés

La société dans tous ses états