Dr.Buck
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2010

Les Amériques de Stéphane Bouquet

Si Nos amériques est le récit d'un voyage, alors ce serait celui d'un voyage qui se serait étiré en longueur, qui aurait pris la forme d'une vie, voire de plusieurs.

Dr.Buck
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Si Nos amériques est le récit d'un voyage, alors ce serait celui d'un voyage qui se serait étiré en longueur, qui aurait pris la forme d'une vie, voire de plusieurs.

Et en autant d'existences autant de styles, de voix, de routes ou d'impasses esthétiques ; écriture SMS, poésie fragmentaire, roman, pensées, rien ne manque. Car tout en sachant rester sec, Nos amériques est un livre global, un roman choral ou l'histoire des genres et des gens s'entrecroisent. Le "quasi bonheur mondialisé" évoqué au dos du livre semble s'être imbriqué dans l'engrenage de l'écriture même de l'ouvrage, il lui a donné une ambition monstre, en a fait une multinationale littéraire d’une richesse insondable. Vive ce capitalisme là, cette intelligence protéiforme qui consiste à chercher le style non pas dans la forme mais dans les mots même, leur lien au sens, leurs directions puisqu'ils voyagent, puisqu'ils embarquent avec eux leurs lots d'émotions, d'identité floue.

 Mais ce voyage là, car s'en est bien un, est contemplatif. Face à l'avalanche d'idées narratives et esthétiques, l'auteur impose une action d'une lenteur torve, un replie intérieur qui finit par effacer les barrières entre l'autochtone et le touriste, l'hôte et l'invité. Le livre commence par flashs poétiques, fragments visuels, mentaux, sensationnels, comme si le début était déjà loin, relié à une mémoire fragmentaire, comme si l'arrivée n'était qu'un magma de moments imprécis au schéma inconnu. Ponctué de jours, de dates qui petit à petit se courbent jusqu'à n'être plus que des possibilités de dates, le récit du voyageur se tourne lentement vers le récit de l'habitant nouveau, là depuis peu comme depuis toujours, sans importance.

Le 17ième jour, le campus ferme demain

Les derniers étudiants bourrent

Les coffres des voitures, ils vont

S’éloigner sur le continent et laisser

Avant des arcadies d’odeurs profondes

Avant des soirées bières

& hash & conversations stupides avec aussi

Les si nbreux

Serments caduques, la pelouse en mémoire

Du flou sortent des personnages, des A(majuscule)mériques à eux seules. Ils sont l'histoire, le voyage c'est eux, leur recherche ou leur abandon, leur banalité ou leur bizarrerie. Une femme change de nom tous les 7 ans, mais sens toujours en elle la présence des identités précédentes, comme autant d'états pour un seul pays ; un homme abandonné fantasme son existence, s'invente des bouts de vies, des gens, jusqu'à en découvrir de nouveaux véritables. Des personnes normales qui sont pourtant des pays entiers, qui explorent la maison voisine, les soirées entre ami comme un nouveau monde, qui épient le voisin comme un fascinant pays étranger. Autour d'eux la poésie devient roman, renoue avec l'histoire, les paragraphes s'épaississent, les mots se simplifient, s'amplifient. Leurs histoires se relient, d'une certaine façon ils forment la carte d'un pays dont les états se touchent sans vraiment se croiser, ou le désir est intimement lié à l'incapacité d'aller vers l'autre, confine presque au détachement total, au non vécu, mais ressenti vraiment.

15. Il est assis sur le ponton de bois aménagé, au bord du grand fleuve de la ville. Il reste là surtout parce qu’il ne sait pas où aller. Où aller ? est une question pour l’instant sans réponse parce qu’il est déchiré entre la direction de 25 corps différents au moins. Il pense à vendredi dernier, à lui parmi d’autres, moi parmi d’autres pense-t-il, étendus sur la moquette épaisse du salon. Il y avait un tas de corps alanguis et il en est revenu bredouille mais c’était une soirée délicieuse, malgré tout. Il sent simplement que le monde déborde et lui coule dessus et le noie de présence : tout ce qui a lieu, dans les moindres détails.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss