L'homme qui a refusé des millions pour protéger sa terre

Témoignage réalisé avec le soutien des Rangers du Parc National de Kakadu.

Jeffrey Lee est né le 9 mai 1971 dans l’état du territoire du Nord, en Australie. Il est membre du clan aborigène Djok, apparenté aux Gundjeihmi. Vers 2010, il devient propriétaire traditionnel du territoire de Koongarra. Lors de la création du parc national de Kakadu en 1979, le tracé exclut le territoire de Koongarra où un gisement d'uranium a été découvert. Koongarra est proche de la mine d'uranium Ranger, exploitée par la société Energy Resources of Australia. Jeffrey Lee s'est opposé à ce que le territoire de Koongarra soit concédé à Areva à des fins d'exploitation minières de l'uranium du sous-sol. Quand Areva lui dit " nous pouvons faire de vous l'homme le plus riche du monde" et lui proposa quelques 5 millions de dollars à signature, la réponse de Jeffrey est restée gravé dans les annales : " J'ai un travail".

En 2011, après des années de combat, Jeffrey Lee parvient a faire classer Koongarra au patrimoine mondial de l'Unesco.  "J'ai dit non à la mine d'uranium parceque mes croyances et ma culture sont plus importantes que les mines et l'argent". Jeffrey Lee est déjà un homme riche, pendant trente ans il a protégé de nombreux sites sacrés à Koongarra, des sites où le "Serpent Arc-en-ciel" est entré par le sol ou bien d'autres lieux spirituels comme le "Lightning Dreaming" qui est la maison de Namarrgon, l'ancêtre créateur du tonnerre dans la terre d'Arnhem.  

Le 26 janvier 2012, il est fait membre de l'ordre d'Australie pour son combat. Jeffrey Lee dit avoir fait l'objet de « pressions énormes » de la compagnie française pendant ces décennies, elle revenait tous les 5 ans lui faire une offre. Il a déclaré : « Je peux acheter de la nourriture, je peux aller à la pêche et chasser, c'est tout ce qui m'importe". 

Témoignage :

"Je m'appelle Jeffrey Lee, je suis propriétaire traditionnel et je vis ici à Kakadu, j'y travaille comme Ranger et j'en suis très fier. Je fais vraiment ce travail par responsabilité grâce à mes ancêtres. J'ai grandi ici et ces dernières années j'ai appris beaucoup. Avec ma terre Koongarra j'ai subi beaucoup de pressions depuis que mon grand-père et mon père sont partis. Maintenant j'en ai la responsabilité et je suis très heureux. C'était une opportunité énorme pour moi de me rendre à la conférence de l'Unesco à Paris, je pense que les choses bougent doucement depuis que j'ai fait entendre ma voix. On continue de vivre sur et de notre terre, on pêche, on chasse avec mes neveux et petits enfants. Nous allons continuer à être forts et à nous battre, nous sommes très forts et on ne se pliera jamais.

Témoignage de Jeffrey Lee - Ranger Kakadu National Park © Dreamings Films

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.