Solution pour intégrer les migrants tout en évitant le phénomène de ghettoïsation (idée du pape François)

Je relaie ici le billet de 2PLACESASSISES , qui fait connaître une solution géniale du pape François pour intégrer les migrants tout en évitant le phénomène de ghettoïsation.

Je n'y avais pas pensé à celle-là, mais ce serait en effet une solution magnifique: car on éviterait les phénomènes de ghettoïsation, tout en permettant suffisamment d'attention collective pour que chaque famille par paroisse puisse s'intégrer à la société.

C'est une idée absolument géniale.

Vive le pape! C'est vraiment un grand pape. Sans ironie.

Notez que la solution papale permettrait également qu'il n'y ait plus du tout de SDF en France (sauf par choix volontaire de la part de ces SDF). Et je suis d'avis que si on loge les réfugiés, on se doit de loger également en priorité les SDF Français.

PS: Le pape a préconisé d'accueillir une famille de réfugiés par paroisse, par 10 familles par paroisse non plus...Il ne s'agit pas simplement de les accueillir, mais de les intégrer sans reproduire les problèmes de non intégration à la culture française de la ghettoïsation des cités.

*****

Il n'y en eut qu'un dans les media qui ait enfin le courage de montrer l'évidence arithmétique, et peut-être d'enclancher définitivement l'accueil. Ce fut ce week-end, une voix forte... celle du pape François, oui, le pape, cette institution dynosaure de mitre et de dorures. Et la tête sous la mitre ces temps-ci est bien faite, et bien diseuse, semble-t-il. Déjà cette semaine il avait demandé l'indulgence pour celles qui ont avorté, ce qui n'est pas un  détail, du point de vue papal. Et ce week-end, François a dit haut et fort que chaque paroisse d'Europe devait accueillir une famille de réfugiés.

Et soudain, se révèle nullement insurmontable ce qui semblait infaisable, la Grande Crise des Migrants: une famille par paroisse, et plus aucun réfugié ne dormira dehors. Voilà tous les Syriens casés. Et même plus! En généralisant cette pratique à chaque commune, l'entité républicaine remplaçant la paroisse, on pourrait pourvoir au logement de TOUS ceux qui sont à la rue: les SDF, les Roms, qu'on balade de bidonville en chambre d'hôtel pour 3 nuits. En répartissant bien la misère, en la diluant dans la prospérité relative de l'Europe de l'Ouest, elle n'est soudain plus insurmontable. Un individu par groupe de 500 habitants. Mais qu'ont-ils attendu, nos politiques, pour prendre LA mesure qui permet d'éteindre les jungles de Calais, les bidonvilles de La Courneuve, les Soudanais qui dorment sur les rochers de Menton, les SDF des quais de Seine, les squares remplis de jeunes Afghans mineurs qui dorment dans la rue? Les maires de France favorables à cet accueil vont se réunir. Les curés vont parler en chaire à la messe. Un décret permettrait à la République de suivre le mouvement. Une famille de réfugiés par commune de 1000 habitants.

Mais la volonté politique n'est pas de régler le problème. La volonté politique est de se faire élire, réélire, et d'adopter la stratégie la meilleure à cette fin, comme jouer avec cette peur de l'autre, cette supposée "menace d'envahissement".  Les longues colonnes de réfugiés en marche sur les autoroutes génèrent une effervescence, une pulsion de vie, un débordement des politiques par les citoyens, qui eux accueillent, nourrissent, aident. Il était temps. Les opportunistes politiques vont prendre en marche ce train-ci, le train de l'entraide humaine, honteusement tard.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.