Mohamed Louizi: le Frère musulman Amar Lasfar, président de l'UOIF, perd son procès

Affaire Lycée Averroès : le jugement dernier ... "Suite à la décision rendue mardi dernier par le TC de Nanterre, me relaxant et déboutant le frère musulman Amar Lasfar, président de l'UOIF et de l'association Averroès, et condamnant ladite association à me verser la somme de 5000€, [...]je me permets de rendre public l’intégralité du jugement (25 pages)." Mohamed Louizi.

Média non disponible

Suite à la décision rendue mardi dernier par le TC de Nanterre, me relaxant et déboutant le frère musulman Amar Lasfar, président de l'UOIF et de l'association Averroès, et condamnant ladite association à me verser la somme de 5000€, et au vu de la couverture médiatique très minimaliste de cette affaire - les quelques médias qui en ont parlé furtivement n'ont fait que reprendre la dépêche de l'AFP, sans plus ! - je me permets de rendre public l’intégralité du jugement (25 pages).

Cela permettra à chacun de comprendre les différentes étapes de ce procès et surtout comment les Frères musulmans de l'UOIF ont tenté d'instrumentaliser la Justice de la République pour légitimer leur projet islamiste dont la création et la gestion des établissements scolaires privés ne représentent, en vérité, qu'un aspect parmi tant d'autres.

Ce jugement historique mérite d'être connu par le plus grand nombre. Les manipulations islamistes se doivent d'être connues et cernées pour être mieux combattues. Au-delà de connaître les détails techniques de ce procès, les deux questions qui se posent désormais avec insistance sont : que doit faire l’État ? et que doivent faire les parents d'élèves ? doivent-ils continuer à confier l'éducation de leurs enfants à un établissement dont les premiers responsables sont des Frères musulmans de part l'appartenance, l'idéologie, le réseau et le projet politique.

Maintenant que la Justice a validé mes alertes, car fondées du point de vue du droit, l’État doit en tirer toutes les conséquences : peut-il continuer à donner de l'argent public à un établissement scolaire géré par des islamistes ? Je précise, à toute fin utile, que si l'enseignement privé "musulman", comme le privé catholique et juif, peut solliciter les financements publics sous conditions, l'enseignement privé "islamiste" (celui des salafistes et des Frères musulmans) ne doit être subventionné en aucun cas.

A nous citoyens de mettre l’État devant ses responsabilités. L'argent public ne doit pas subventionner l'islamisme des Frères musulmans. La jeunesse française ne doit être abandonnée entre les mains des islamistes qui s'en servent pour préparer et assurer leur relève ... celle du Tamkine par étape et par étage.

Rendez-vous après les vacances. Je serai absent des réseaux sociaux jusqu'à la fin du mois. Car quand on sort d'un combat, même victorieux, l'on doit soigner ses "blessures", reprendre de la hauteur de vue et se ressourcer. Bonne lecture et bonnes vacances !

                                                                                                                                                                                                 Mohamed Louizi

Lire l'intégralité du jugement du Tribunal de Nanterre sur la page Facebook de Mohamed Louizi, en cliquant sur le lien suivant:

https://www.facebook.com/mohamed.louizi?hc_ref=NEWSFEED

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.