Idée pour sécuriser les lieux à protéger contre le terrorisme

Idée personnelle: On peut sécuriser les entrées des lieux de culte et autres lieux à sécuriser par des drones, si on manque de personnel humain. Des drones équipés d'un système à reconnaissance faciale des personnes surveillées par la police, et de reconnaissance d'armes (Utilisation pour cela de matrices de covariance pour reconnaître les formes (entités nommées) dans les images). Ils peuvent être équipés d'un léger canon mitrailleur et faire feu sur une personne qui tenterait de tirer sur un lieu de culte ou autre lieu à protéger, et être pris en main par des policiers du GIGN pour faire feu, en leur envoyant une alerte.

Des micro-drones, de la taille d'insectes, peuvent également assister le drone plus grand équipé du canon mitrailleur, dans la surveillance des lieux à protéger, et tuer les terroristes en faisant exploser une petite charge d'explosif sur la nuque, ou en leur injectant un poison ou somnifère puissant à effet immédiat pour les rendre très rapidement hors d'état de nuire.

Si les drones font feu, ce serait sur ordre du GIGN qui les manipule après avoir été alerté par ces drones ou par un responsable du lieu de culte ou de l'institution (ex: le curé, le rabbin, le directeur d'école) d'une attaque en cours.


La solution des drones est pour immobiliser rapidement toute sorte de véhicule, et limiter et contenir la fusillade en attendant l'arrivée de la police, et pouvoir l'épauler, voire même abattre les djihadistes rapidement.

Du reste, la précision avec laquelle on manipule les drones s'affine. Et bientôt, le drone pourrait devenir la seconde arme du policier du GIGN.

Il est évidemment hors de question de laisser des drones faire feu sans contrôle absolu du GIGN derrière pour les manipuler.

Cf. les microdrones de l'ONERA (France) et de l'US AIR FORCE de surveillance et d'attaque à ce sujet. Chaque lieu d'institution (lieu de culte, école), centres commerciaux, gares, aéroports, métros, théâtres, opéras, cinémas, stades de sport, rédactions de journaux, etc... pourraient avoir leur petite section de drones de surveillance et d'attaque que pourrait manipuler le GIGN lors d'une alerte qui leur serait remontée.

Ainsi, plus besoin de recourir à des milliers de soldats qui en plus peuvent servir de cibles. Ou du moins, on pourrait en limiter le nombre. Et le GIGN pourrait agir rapidement avec efficacité dans tous les lieux à protéger.

 

© NEW DIMENSION

© theworacle

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.