La jeunesse précaire en lutte

Les récentes contestations lors de la Loi Travail ont permis de montrer l'agacement des jeunes français face à la société actuelle et à l'incertitude sur leur avenir professionnel notamment à cause de la précarité de l'offre d'emploi.

Ces derniers mois ont vu la jeunesse étudiante s'opposer à la réforme du droit du Travail et descendre manifester dans les rues. Cette nouvelle génération qui a aujourd'hui entre 15 et 25 ans, que certains surnomment la Génération Y et que l'on croyait pourtant peu politisée, a ainsi montrée le bout de son nez. Les nombreux blocus des lycées français (plus de la moitié des grands lycées parisiens ont été bloqués systématiquement plusieurs jeudi d'affilés et pendant plus d'un mois), qui s'ajoutent aux habituelles contestations dans les universités, indique que la jeunesse actuelle n'est pas aussi paresseuse que la croyait ou voulait la croire les entrepreneurs et les hommes politiques jusqu'ici.

Génération en partie dépolitisée en raison d'un rejet d'une classe politique vieillissante qui ne réussit pas ou peu à faire face aux problèmes quotidients de la population, elle se retrouve confrontée à de nombreuses injustices. De plus, les jeunes n'ont pour la majorité connu que la crise économique et leurs perspectives d'avenir semblent bouchées. Cela n'est pas sans conséquence et selon un sondage sur la génération Y, ou génération What, dirigé France Télévisions et auquel ont participé plusieurs centaines de milliers de personne : 61% des jeunes de 16 à 25 ans ont répondu oui à la question "Demain ou dans les prochains mois, participerais-tu à un mouvement de révolte de grande ampleur, type Mai 68 ?".

Tout cela n'est pas sans rappeler la citation de l'écrivain et réalisateur italien Pier Paolo Pasolini qui dans son roman Théorème écrivait : "Eprouve même à leur égard quelque nostalgie quand tu as seize ans. Mais sache bien tout de suite que nul n'a fait de révolution avant toi". Pourtant, les nouvelles luttes ne prennent pas le même aspect que lors des décennies précédentes. Le monde a en effet été révolutionné par l'arrivée d'Internet, dans lequel baigne cette génération Y depuis sa naissance, et qui donne de nouvelles possibilités d'expressions aux jeunes. La menace oppressante du chômage et des emplois précaires est toutefois toujours là, avec près de 24% des jeunes de moins de 25 ans qui étaient au chômage en mars 2016.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.