1866-2016 : Les 150 ans de l'écologie

Bien peu le savent mais cette année, le terme « écologie » fête ses 150 ans. Il a en effet été cité pour la première fois en 1866 dans un ouvrage du biologiste et philosophe allemand Haeckel.

Peu médiatisée, la commémoration des 150 ans du terme écologie tombe cette année. Le prussien Ernest Haeckel a en effet été le premier à l'utilisé, bien que certaines sources affirment que l'écrivain américain Henry David Thoreau l'a peut-être employé dans ses écrits dès 1852. Il apparaît ainsi en 1866 sous une forme légèrement différente de celle connue aujourd'hui, œcologie, dans son ouvrage Morphologie générale. Sa première utilisation en langue française date quant-à-elle de 1874, soit huit ans plus tard.

Pourtant, ni Haeckel ni Thoreau ne possèdent la primauté dans le domaine scientifique de l'écologie (étymologiquement : science de l'habitat) et certains historiens évoquent même Aristote comme le premier homme connu à avoir soutenu des idées s'apparentant à l'écologique moderne. Depuis les deux millénaires qui nous séparent du philosophe grec et les 150 ans de Haeckel, l'écologisme a subie de nombreuses évolutions sur le plan scientifique qui ont souvent été suivies par des théories sur le plan idéologique et politique. La situation aussi a changé, principalement comme conséquence de l'augmentation de la pollution depuis la révolution industrielle et aujourd'hui du réchauffement climatique.

Les domaines de la politique et du social ont fortement été mutés par la prise en compte de l'écologie. Outre les mouvements purement écologistes, on retrouve aussi de nombreux courant de pensée qui ont inclu dans leur ligne politique la question écologique. Des organismes internationaux mélant gouvernance et sciences ont pour cela été fondés comme la Conférence des parties (la COP) dont la dernière a eu lieu au Bourget, ou encore le GIEC. Le développement durable découle ainsi de ses idées en s'appuyant à la fois sur l'écologie, le social et l'économique.

En conclusion, aujourd'hui, 150 ans après son invention, la situation de l'écologie a beaucoup évolué et cette-dernière est bien plus prise en compte et très peu réfutent cette notion. L'écologie, alliée à l'agronomie, premettrait de plus de pallier à une des grandes questions du XXIe siècle : comment nourrir la population humaine en constante croissance et ainsi parvenir à l'autosuffisance alimentaire mondiale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.