e-reputation
Développeur web et passionné de nouvelles technologies
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2018

Les plate-formes d'avis

Plusieurs plate-formes existent pour noter les entreprises faisant du commerce en ligne. On les voit un peut partout avec leur notation en étoiles de 1 à 5. L'objectif est pour les clients d'avoir une meilleure idée de la qualité des prestations d'une société, et pour les entreprises d'identifier les problèmes rencontrés par leurs clients.

e-reputation
Développeur web et passionné de nouvelles technologies
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On voit ces sociétés de plus en plus, elles s'appellent Trustpilot, Avis Vérifiés, ou encore PowerReviews. Sur le marché francophone et international, il est difficile d'éviter le premier, véritable mastodonte présent partout dans le monde. Le marché a beaucoup maturé ces dernières années, mais malgré cela, un pourcentage non négligeable des internautes a tendance à prendre ces avis comme argent comptant. Il n'est pas clairement expliqué comment ces sites fonctionnent, le fait que leur indépendance est fortement limitée et que les marchands conservent un contrôle important sur ce qu'ils affichent à l'internaute.
En théorie, ce genre de sites est tout à fait positif pour tout le monde. Le problème, c'est que les clients de ces plate-formes sont des entreprises qui dépensent des sommes importantes, entre 5'000 et 10'000 dollars annuellement pour Trustpilot. Au-delà du fait que de faux avis peuvent être écrits en tout temps, des avis négatifs légitimes peuvent également être masqués de ces sites si le propriétaire de l'entreprise estime qu'il ne suit pas la charte d'utilisation.
Toutefois, il est difficile pour une entreprise rencontrant de gros problèmes de les masquer. Au final, il existe également des plate-formes gratuites non dépendantes des entreprises qui vont récolter de tels avis. Donc contrairement à ce que pourraient affirmer certains, une entreprise à la réputation sulfureuse ne peut pas échapper indéfiniment à ses clients. De par ses efforts pour "masquer" les avis négatifs, comme dans le cas par exemple de la société de livraison de fleurs anglaise iFlorist en 2010, elle attirera l'attention sur elle et déclenchera tôt ou tard un bel effet Streisand. Les sommes et les efforts nécessaires à une telle campagne de "blanchiment" ne peut pas durer indéfiniment, au final il est souvent moins onéreux de régler les problèmes de ses clients. Il ne faut donc faire la part des choses et ne pas diaboliser ce type de site, ni leur faire trop confiance: recouper les sources et faire preuve d'esprit critique est toujours utile.
--
Sources:
123blumen
Iflorist (anglais)
Livraison fleurs

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com