Revue de presse e-commerce mars 2018

Revenons sur l'actualité du commerce électronique en ce premier trimestre 2018, avec les différences tendances du marché et les faits saillants de l'internet suisse et français.
  • Si l'on en croit nos collègues outre-Atlantique, Amazon va absorber le monde... et il est vrai qu'aux USA, le géant du e-commerce est bien plus performant qu'en Europe, même si la croissance d'Amazon sur le vieux continent est incroyablement soutenue. L'alliance entre Amazon et Monoprix a valeur de symbole, et signale le début d'une stratégie "rejoindre Amazon ou mourir". Quand on ne peut pas lutter, mieux vaut créer une alliance...

  • L'un des seuls marchés invulnérables à Amazon et insensible aux sirènes du e-commerce, les montres de luxe, semblent avoir compris qu'elles ne pouvaient plus retarder l'inévitable. Marché visé par les horlogers suisses: la Chine, numéro1 des consommateurs de montres de luxe. Une présence forte et maîtrisée est devenue indispensable devant les contrefaçons.

  • En Suisse, un collectif a mis en oeuvre un comparateur visant à choisir le meilleur site de vente de fleurs en fonction de nombreux critères (exemple pour Genève). Tests rigoureux des bouquets, évaluation de la fraîcheur des fleurs et du service clientèle, tout y est pour aider les internautes à faire le bon choix. Les tests de consommation sont devenus des arbitres importants pour le choix des consommateurs.

  • Autre segment du commerce traditionnel ne bénéficiant pas vraiment du boom du e-commerce: les constructeurs automobiles. Peut-être qu'un jour il sera possible d'acheter une voiture en ligne, livrée en drone par Amazon.... mais d'ici là, l'exemple de Nissan est intéressant. En proposant de vendre des accessoires "officiels" de la marque comme des pneumatique, la marque reprend des parts de marché à des vendeurs indépendants ou généralistes et fidélise sa clientèle.

  • Mais la nouvelle de la semaine, c'est sans conteste l'arrivée du shopping sur Instagram. Le réseau social acheté par Facebook proposera un bouton "shopping" dans 8 pays (France, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, Espagne, Italie, Australie et Brésil). D'après les statistiques connues, les taux de conversion des visiteurs Instagram sont déjà bon à la base, c'est donc un levier très intéressant qui semble s'ouvrir pour les e-commerçants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.