mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 29 avr. 2016 29/4/2016 Dernière édition

Les écoles d'art et le devenir

L’École supérieure d’art du Nord-Pas de Calais Tourcoing/Dunkerque aborde une nouvelle étape de son parcours. C’est l’aspect intellectuel de cette étape qui, bien entendu, convoque au premier chef les intervenants de cet espace Mediapart, créé de telle sorte que les débats corollaires qui portent sur les identités possibles de la pratique artistique au champ contemporain lato sensu et sur la formation à la mise en jeu critique de ces identités gagnent le forum.

L’École supérieure d’art du Nord-Pas de Calais Tourcoing/Dunkerque aborde une nouvelle étape de son parcours. C’est l’aspect intellectuel de cette étape qui, bien entendu, convoque au premier chef les intervenants de cet espace Mediapart, créé de telle sorte que les débats corollaires qui portent sur les identités possibles de la pratique artistique au champ contemporain lato sensu et sur la formation à la mise en jeu critique de ces identités gagnent le forum.

Les écoles supérieures d’art de France se sont, depuis un demi-siècle, portées à l’avant-garde de la formulation de gestes transdisciplinaires, aliénés en objets de monstration, d’exposition, susceptibles de créer au coeur de la cité des espaces pratiques d’interrogation de son sens, c’est à dire d’angulation critique de ses logiques communément admises, de sa grammaire, de sa « syntaxe des jours », de cette « inquiétante étrangeté ».

Quelle que fût la destination artistique et professionnelle de leurs étudiants, elles ont cultivé une façon d’insularité engagée, un lointain de proximité au crible desquels la mécanique de la polis a trouvé à se « reprendre », à se formuler depuis un singulier point de vue de Sirius traduit en formes se pensant.

« Comment peut-on être un sujet contemporain ? » : la réponse à cette question fut au fond, toujours, le limon charrié par la pratique des acteurs à l’œuvre au sein des écoles supérieures d’art.

La tâche assignée à ces établissements par leurs tutelles, collectivités territoriales, ministère de la culture, n’était pas mince: elle consistait en une formation à la fabrication d’une autonomie matérielle du regard, à l’objectivation d’un écart valant espace d’aisance critique, « liberté en dur ».

Or, voici que l’avènement mondial du consumérisme académique, dont la face vertueuse est la tentation étudiante de la mobilité, du déplacement à travers institutions pédagogiques et frontières, contraint à une nouvelle discipline des établissements jaloux de ce qui en nourrissait l’éthique, l’exigence libre, célibataire, au coeur du temps, les contraint à confronter leur ipséité à celle d’un enseignement supérieur  conçu comme un corps unique, par-delà la marqueterie de ses logiques.

Cela les intrigue, les dispose à un déséquilibre, cela ne les sidère pas.

Elles ont en effet entrepris un dialogue à plein titre avec l’université au sein duquel elles font valoir leur goût de l’émergence, de l’ex nihilo, du « grand ressort du nouveau » cher à Apollinaire, du mode heuristique sous perfusion subjectale, au sein duquel elles reçoivent de leur interlocuteur celui de la paierie, de la part commune, de la reproduction comme règle, c’est à dire de l’irruption critique comme lumineuse exception.

 Elles cherchaient ? Voici qu’on leur enjoint de chercher.

 Elles formaient ? voici qu’on leur enjoint de former.

 Voici, en somme, qu’elles sont vouées à se livrer, aux côtés de l’université, à une définition stable, diffusable, exposable, à la définition comme objets, des termes depuis lesquels elles cheminent, rénovant le regard de leur partenaire sur ce dont il fait, pour sa part, fond.

Les écoles supérieures d’art, l’université, sont en somme aujourd’hui engagées de conserve dans une belle entreprise d’objectivation identitaire dont la portée n’est ni plus ni moins que la circonscription synergique des voies et moyens de la manifestation, au cœur de l’époque, d’une pensée de son devenir.

  

Ronan Prigent dit Emmanuel Tugny

Directeur des études de l’ESA Nord-Pas de Calais

Responsable du site de Dunkerque

http://www.facebook.com/profile.php?id=100001150549554

INSCRIPTION AU CONCOURS d'ENTREE 
sur www.admission-postbac.fr AVANT LE 20 MARS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

http://www.facebook.com/profile.php?id=1817268293

 

LA PLATE-FORME DUNKERQUE, PARTENAIRE DE L'ESA

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 10 abonnés

Identité(s) de l'Art