Le devenir artiste me parait exclusif. C'est à dire qu'il ne supporte pas ou rentre en conflit avec d'autres devenir qui tenteraient de s'imposer de l'extérieur. Autrement dit, un artiste ou quelqu'un souhaitant le devenir ne peux faire autre chose que de désirer vivre de son art. A partir de ce constat, le sujet doit trouver les moyens les plus adaptés pour  parvenir à réaliser cet objectif.

En France actuellement, les jeunes artistes (entre 25 et 35 ans et vivant de leur pratique) ont en grande majorité suivis l'enseignement des écoles d'art. Quelques uns, très peu, ont suivi un cursus exclusivement universitaire car celui-ci est souvent très long et laborieux (8 ans minimum pour un doctorat avec pour les plus chanceux une allocation de recherche). Encore moins peuvent se prévaloir d’être autodidacte. Trois grandes fabriques de jeunes artistes actuellement en France : les écoles de Paris, Nantes, Lyon. Celles-ci sont les produits d'un certain contexte politique lié à la centralisation, au dynamisme des réseaux culturels, etc. Après l'école, pour ces étudiants, un post-diplôme européen (Berlin, Bruxelles, Londres, Amsterdam) semble être la voie royale vers l’entrée dans un réseau international. Un cran en dessous, les post-diplômes proposés par les écoles françaises, on est jamais prophète en son pays. Dans ce temps initiatique de l'école, du diplôme et du post-diplôme, l'étudiant tente de construire son devenir artiste sur plusieurs fronts. Le premier, mais pas forcément le plus important pour tous, est l'élaboration d'une pratique singulière et novatrice. Le second est celui de sa reconnaissance par ses pairs et autorités compétentes matérialisée par les propositions d'expositions, publications, bourses, prix qu'il obtient.

Cette première étape du devenir artiste est ce qu'on pourrait appeler une rampe de lancement. On y apprend le métier, le fonctionnement du système. C'est à dire que cette voie vous donne la possibilité d'être un agent parfaitement adapté de ce milieu que l'on nomme grossièrement milieu de l'art. Le désir qui anime le devenir artiste doit normalement et au minimum être capable de traverser cette initiation en vue d’une autonomie de la fonction artiste. Or l'on sait que la sélection et la compétition est rude. La psychologie et les conditions de vie du sujet peuvent être un frein à ce devenir. Une part de chance est évidemment nécessaire mais pas seulement. Il faut aussi être sensible et curieux pour développer ce travail plastique qui est l'essence de ce devenir. Mais il faut être tenace et ambitieux pour réussir comme dans n'importe quelle carrière.

Pour ma part je pense qu'être à Dunkerque ou à Tourcoing, avoir suivi les cours de telle ou telle école d'art ou université sont des conditions auxquelles doit faire face le sujet du devenir artiste. Plus elle sont dures, plus l’énergie déployée est importante. L’engagement doit être total et sans condition, mais aussi lucide et pragmatique. Voulez-vous devenir artiste?

 

Julien PASTOR

Enseignant / Spécialité volume
Ecole supérieure d'art du Nord Pas de Calais Dunkerque-Tourcoing


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.