Écoles d'art: si tout n'est pas rose, tout n'est pas noir

Le quotidien Le Monde dans son édition du 19 mars 2014 soulignait les difficultés de tous ordres actuellement traversées par les écoles supérieures d'art françaises. Il est vrai que tout n'est pas si rose dans ce panorama. Cependant tout n'y est pas si noir, prouvons-le ici.

Le quotidien Le Monde dans son édition du 19 mars 2014 soulignait les difficultés de tous ordres actuellement traversées par les écoles supérieures d'art françaises. Il est vrai que tout n'est pas si rose dans ce panorama. Cependant tout n'y est pas si noir, prouvons-le ici.


 

 

L'école supérieure d'art du Nord-Pas de Calais Dunkerque-Tourcoing (ESÄ) , présidée par le Sénateur honoraire Ivan Renar, actuellement dirigée par Ronan Prigent, a ouvert en janvier 2014, en partenariat avec la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD), la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Annaba (CCIA) et l'université Badji Mokhtar de cette ville, une formation déconcentrée en Algérie, à Annaba, qui propose à une trentaine d'étudiants algériens de préparer, sous la direction d'enseignants artistes et théoriciens de l'ESÄ, le diplôme national d'art plastique français (DNAP), tout en suivant une formation professionnalisante, baptisée "ARCOMIND" (art, commerce et industrie), délivrée à la CCIA par des intervenants professionnels membres de la chambre de commerce. La création de cette classe déconcentrée a déjà valu à l'ESÄ le parrainage de la chanteuse, auteur et artiste Sapho et un courrier encourageant du Premier ministre, M. Jean-Marc Ayrault.

À l'occasion de cette troisième session d'enseignement (du 16 au 23 mars 2014), sous la direction de Bertrand Gadenne et Jean-Luc Poivret, une première exposition des étudiants de la Classe Déconcentrée  de l'ESÄ en Algérie (CDA) a été organisée le 19 mars à Annaba, dans les locaux du palais Consulaire de la ville. 

 

Trois salles d'exposition ont permis aux nombreux visiteurs de découvrir une cinquantaine de peintures et une vingtaine de courtes vidéos réalisées dans le cadre de l'atelier "Filmer la peinture", dirigé conjointement par les deux professeurs-artistes de l'ESÄ. La grande qualité plastique, la fraîcheur et la diversité des réalisations ont donné l'occasion de mesurer l'impressionnante soif de création des étudiants de la CDA, qui ont comblé, une fois encore, leurs professeurs au-delà de leurs espérances par leur réactivité, leur motivation et leur force de proposition.

 

Le Consul général de France, le Directeur de la Culture de la ville d'Annaba, le Représentant et deux professeurs de l'École régionale des Beaux-Arts d'Annaba, le Directeur de l'Institut Français, le Président et le Vice président de la CCI, le Directeur du Château Coquelle de Dunkerque et l'artiste Marie-Noëlle Boutin ont honoré de leur présence cette exposition, qui a bénéficié d'un accueil public large et enthousiaste et d'une couverture de presse conséquente, puisque se trouvaient présentes les équipes de la télévision locale d'Annaba et des principaux organes de presse écrite algérienne. 

L'accueil extrêmement encourageant de ces premières réalisations, à peine trois mois après l'ouverture de ce que l'ESÄ peut désormais considérer comme le troisième site de l'école (ses deux sites français étant ceux de Dunkerque et Tourcoing), vient encore renforcer la détermination de la direction de l'ESÄ à développer l'axe stratégique consacré aux projets de coopérations internationales dans le domaine de l'enseignement supérieur de l'art et de la culture, axe dévolu particulièrement quoique non-exclusivement au site de Dunkerque (le site de Tourcoing étant, lui, résolument tourné vers la recherche de par sa proximité avec le département arts-plastiques de l'université Lille 3) et qui bénéficie en la matière de la très dynamique politique de coopération mis en œuvre par la CUD, partenaire de la CDA. Dans le même ordre d'idée, l'ESÄ organise en ce moment même une exposition en Chine avec son partenaire l'Université Polytechnique de Dalian (Liaoning).

 

Ce sont ainsi plus de quarante étudiants de l'ESÄ qui sont exposés à l'étranger cette semaine. En cette époque de complexe mutation des écoles supérieures d'art françaises, comme le rappelle l'article d'Emmanuel Lequeux, intitulé "De la difficulté de diriger une école d'art en France", publié par le quotidien Le Monde dans son édition en date du 19 mars, il nous paraît important et urgent d'affirmer que ces écoles, malgré les difficultés qu'elles traversent, sont tout de même en capacité d'articuler et de mettre en œuvre, notamment dans le champ de la coopération, des projets innovants qui redonnent à la culture, à son enseignement et à sa diffusion, leur rôle de vecteur d'espoir, de fraternité et de transmission entre les peuples, les nations, les cultures. Oui, nous n'hésitons pas à dire que nous sommes fiers et heureux qu'un tel projet ait pu aboutir, en si peu de temps, avec un tel rayonnement et nous remercions ici les efforts conjugués qui l'ont rendu possible.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.