EcoloParis
Groupe Ecologiste de Paris
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2020

Première victoire contre un projet de rénovation bien trop mercantile!

L'adoption du vœu sur la Gare du Nord déposé conjointement par les élu.es du Groupe Écologiste de Paris et Génération.s à ce Conseil de Paris de décembre 2020 est une première victoire contre un projet de rénovation trop mercantile.

EcoloParis
Groupe Ecologiste de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'adoption du vœu sur la Gare du Nord déposé conjointement par les élu.es du Groupe Écologiste de Paris et Génération.s à ce Conseil de Paris de décembre 2020 est une première étape afin d’obtenir de la Ville de Paris, de la SNCF et de l’Etat :

  • une transparence totale sur le protocole d’accord,
  • une méthode démocratique associant les citoyen.ne.s,
  • une réorientation du projet pour faire de la Gare du Nord avant tout une gare, et des espaces commerciaux un lieu de l’économie sociale et solidaire et du fabriqué à Paris. 

Lundi 23 novembre dernier, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec la SNCF et Ceetrus (filiale du groupe Auchan) relatif au projet de rénovation de la Gare du Nord, sans qu’aucun vote ou débat ait lieu préalablement au Conseil de Paris. 

Nous reconnaissons qu’il est nécessaire de rénover cette gare, que le protocole acte certaines avancées, à confirmer par un nouveau permis de construire, comme la réduction de 15% du volume du centre commercial et de la surface des commerces, l’augmentation de la place dédiée au stationnement vélo ou encore de l’amélioration de la gestion des sous-sols sous le parvis de la gare. 

Cependant, nous considérons que cela n’altère pas la logique mercantile du projet. Son modèle de financement reste encore insatisfaisant et repose sur la concession des espaces commerciaux pour au moins 46 ans, si ce n’est plus. Pour cette même durée, le protocole contient des clauses très problématiques, notamment le renoncement irrévocable de la Ville de former un recours ou de soutenir des associations qui en auraient déposé un.

Nous considérons que la rénovation de la Gare du Nord doit bénéficier en premier lieu aux voyageuses et voyageurs du quotidien, ainsi qu’aux riverain.e.s, qui sont les grand.e.s oublié.e.s du projet. C’est pourquoi nous avons déposé et fait adopter au Conseil de Paris de décembre un vœu commun aux groupes Écologiste et Génération.s afin que le détail du protocole d’accord soit présenté en commission du Conseil de Paris et qu’un débat soit organisé sur le projet au prochain Conseil de Paris de février 2021.

Nous avons également obtenu :

  • une plus grande transparence sur le modèle économique global du contrat, pour l’instant très opaque,
  • que les associations et collectifs de riverain.e.s et usager.es soient pleinement associé.e.s au projet, et notamment sur deux aspects posant problème : d’une part le projet de construction d’une passerelle, indispensable pour améliorer un lien direct entre les quais et métro aérien, mais pour l’instant mal dessinée et non financée, et d’autre part le lien avec les transports du quotidien.

Enfin, l’adoption de ce voeu permettra d’intégrer dans les commerces du nouvel espace commercial des structures de l’économie sociale et solidaire et d’allouer des espaces plus larges pour les associations de solidarité, notamment pour la prise en charge et le suivi médico-social liées aux enjeux locaux de grande précarité et d’usage de drogues (bains-douche, bagageries, etc).

Cette victoire en Conseil de Paris ne remet pour autant pas en cause la nécessité d’une révision profonde de ce projet de rénovation et de modernisation de la Gare du Nord,  car le modèle, élaboré par le Gouvernement montre le choix de faire reposer la rénovation d’un service public, une gare, sur des financements privés. Le choix du Gouvernement de ne pas investir dans cette rénovation à hauteur de ce qu’exige l’indispensable transition écologique est, pour nous, emblématique d’une représentation du monde inégalitaire, consumériste et non local. 

Fatoumata Koné, Présidente du Groupe Écologiste de Paris

Sylvain Raifaud, Conseiller du Groupe Écologiste de Paris, Conseiller écologiste du 10e arrondissement

Nathalie Maquoi, Présidente des élu.es Génération.s de Paris

David Delplanque, Conseiller Génération.s. du 10e arrondissement de Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
La journaliste Aude Lancelin perd en justice face au Média
La journaliste Aude Lancelin, qui poursuivait son ancien employeur Le Média, a été déboutée de l’ensemble de ses demandes. Pour le conseil des prud’hommes, son licenciement était bel et bien justifié par une faute lourde. Son avocate va faire appel. 
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie