Economistes Parlement Union Populaire
Economistes du parlement de l'Union populaire
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2022

Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !

Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.

Economistes Parlement Union Populaire
Economistes du parlement de l'Union populaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une note publiée sur notre blog[1], Pierre Khalfa et Jacques Rigaudiat expliquaient que l’inflation était entretenue non par une boucle prix – salaires, mais par une boucle prix – profits. Cette explication a été contestée par un long fil twitter, argumenté et sérieux, d’un enseignant en économie et finances publiques[2]. L’argument principal est celui-ci : le taux de marge des entreprises a baissé depuis début 2021, précisément depuis que les prix ont commencé à grimper.

Cela démontrerait que les entreprises n’ont pas profité du contexte inflationniste (inflation importée) pour alimenter la hausse des prix en augmentant leurs marges. Autrement dit, l’inflation serait purement « exogène », une fatalité liée à des évènements extérieurs (guerre en Ukraine, perturbations de chaînes de valeurs internationales avec le Covid, etc.) pour laquelle il n’y aurait aucun responsable en interne. Et il faudrait veiller à ce que les salaires n’augmentent pas trop vite pour ne pas mettre en péril la compétitivité de nos entreprises.

Il est vrai que le taux de marge des entreprises a baissé depuis son pic du début de l’année 2021. C’est en grande partie liée à la diminution des subventions (très généreuses pour les entreprises) Covid. C’est d’ailleurs la part du profit après redistribution (impôts et subventions) qui s’est le plus repliée après avoir le plus augmenté. Mais on se retrouve aujourd’hui avec un taux de marge qui se situe à son niveau d’avant la crise Covid, c’est-à-dire bien plus haut que ce qu’il était en 2012.

« Grâce » à Hollande, le taux de marge des entreprises a fortement augmenté à partir de 2012 (alors que la part du profit avant redistribution est restée assez stable) : c’est « l’effet CICE ». Nous nous situons donc aujourd’hui à des niveaux de taux de marge élevés alors que le taux de marge est habituellement beaucoup plus bas au sortir d’une crise qu’avant crise.

Revenons à l’explication de l’inflation actuelle, et intéressons nous à l’évolution du taux de marge sectoriel depuis un an, c’est-à-dire depuis le début de la hausse des prix.

Si le taux de marge a effectivement baissé dans l’industrie manufacturière et dans les services marchands pris dans leur ensemble, il a fortement augmenté dans deux secteurs : l’énergie, eau, et déchet (où il passe de 54,6 % en 2020T2 à 61,0 % en 2021T1, et 74,0 % en 2022T1) et les transports (où il passe de 28,2 % en 2020T2 à 39,1 % en 2021T1, et 47,4 % en 2022T1). Les hausses sont spectaculaires dans ces deux secteurs, y compris au cours de l’année 2021.

Et ce sont précisément les secteurs où les prix ont augmenté le plus : +26,5 % sur un an en avril pour l’énergie et +15,7 % pour les transports.

Donc il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. Citons un seul exemple (celui de Total est déjà très connu) : la société de transport maritime CMA-CGM a vu son profit multiplié par 10 en 2021 (18 Mds contre 1,8 Mds en 2020). Ces secteurs se situent en amont des chaînes de valeurs : ils ont donc un effet d’entraînement général sur le niveau de l’ensemble des prix.

C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. L’OFCE prévoit désormais que le pouvoir d’achat va reculer sur l’ensemble de l’année 2022 par rapport à 2021 (-0,8%) : cette prévision prend en compte les mesures annoncées par le gouvernement (revalorisation accélérée de 4 % des prestations sociales en juillet, mise en place d’un chèque alimentaire à l’automne, etc.). L’OFCE nous annonce donc que Macron sera le président de la baisse du pouvoir d’achat pour les travailleurs.

[1] https://blogs.mediapart.fr/economistes-parlement-union-populaire/blog/010622/l-inflation-symptome-d-un-modeleneoliberal-en-bout-de-course

[2] https://twitter.com/fipaddict/status/1535248627848957953

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon