eddy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2020

9 décembre 1905; LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE FAITE LOI

La loi du 9 décembre 1905 est Institutionnalisée sous l’intitulé « Loi de séparation des Églises et de l’État ». Cependant, la séparation n’est pas la finalité mais la condition nécessaire à l’application rigoureuse et scrupuleuse du principe de neutralité de l’État pour assurer la garantie essentielle de la liberté des citoyens et, en premier lieu, la liberté de conscience.

eddy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette liberté de conscience implique obligatoirement la séparation du politique et du religieux et établit trois principes indissociables : la liberté de conscience, l’égalité en droit de toutes et de tous, croyants, agnostiques ou athées voire indifférents, et la neutralité de l’État.

Pour certains aujourd’hui, l’émergence de l’Islam conduit à la tentation de consentir des assouplissements sous formes « d’accommodements raisonnables » à nos principes pour remettre en cause non seulement la lettre mais aussi l’esprit de cette loi fondamentale.

Pour d’autres c’est une occasion inespérée de revenir à la situation antérieure à 1905, en invitant l’Islam à un remariage entre politique et quelques religions. Une idée qui conduirait à rétablir un ordre social ancien élaboré autour de quelques « cultes reconnus » où le citoyen est assigné à résidence dans son origine, sa culture et affecté implicitement à une religion. On passe ainsi du droit du citoyen à celui des Églises où les croyances privées instruments de pouvoir établissent un ordre moral voire politique. La loi de 1905 a subi de multiples dérives et entorses aux principes initiaux, qui ont « bénéficié » aux anciens cultes, à commencer par le culte catholique. Le dualisme scolaire, financé par la puissance publique, est ainsi une brèche dangereuse dans la séparation institutionnelle des Églises et de l’État. Ce dualisme remet en question, jusqu’à la définition même de la République française : « laïque, démocratique et sociale ».

L’article 2 de la loi de 1905 énonce pour sa part, que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Faire de quelques cultes des « religions reconnues » instaurerait une inégalité des citoyens et porterait atteinte à la liberté de conscience de ceux qui ne s’identifieraient à aucune des confessions consacrées par la République parce qu’ils ne croient pas, ou revendiquent d’autres cultes ou croyances. Le principe de non-reconnaissance institutionnelle, constitue un principe positif qui fonde l’égalité des citoyens indépendamment de leurs croyances.

La remise en question de la loi de 1905 affecterait aussi les fondements juridiques et la philosophie politique élaborés autour de la liberté et de l’égalité des citoyens consacrés également par la Déclaration des Droits de l’Homme.

Aucun culte ne saurait être victime de la laïcité. Mais le pluralisme institutionnalisé de communautés religieuses, même présenté comme une idée neuve, porte atteinte aux droits fondamentaux et ne pourrait ni enrayer l’intégrisme ni réguler la société. On ne peut au nom de notre démocratie républicaine, même implicitement, transposer, transférer et déléguer les droits du citoyen : liberté, égalité, fraternité à quelque religion reconnue que ce soit.

La laïcité n’est pas un concept exclusivement français, elle traduit des principes universels fondamentaux. C’est la liberté de conscience qui garantit et précède en droit le libre exercice des cultes. La non-reconnaissance institutionnelle des cultes les place tous à égalité de droits et d’obligations.

La citoyenneté ne se construit ni contre ni avec, mais sans les religions.

Eddy Khaldi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Handicap : des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau