Une minute de silence

Je m'inquiète. Pour l'emploi.  Pour les écoliers.  Pour les personnes discriminées. Pour notre système de santé. Pour la liberté. Pour notre système politique. Et si les français se taisaient à 19H00 à leur fenêtre avec des pancartes dans les mains ?

Je m'inquiète car certaines entreprises profitent de cette crise pour se faire de l'argent sur le dos de l'Etat. En faisant payer à l'Etat (et donc à nous contribuables) les salaires de ses salariés en activité partielle qui continuent de travailler à la demande de leur employeur.

Je m'inquiète pour la solidarité. 

Je m'inquiète car le souhait principal du gouvernement est que l'économie reprenne.

Je m'inquiète que la santé ne soit pas prioritaire pour notre gouvernement.

Je m'inquiète parce que les textes votés par le gouvernement en droit du travail ne mentionnent jamais un retour au code du travail d'hier, d'avant confinement et avant la crise sanitaire.

Je m'inquiète pour les droits des salariés, pour leurs congés, pour leur temps de travail.

Je m'inquiète pour les représentants du personnel et me demande si demain ils auront encore une place dans les entreprises.

Je m'inquiète pour mes deux petits frères qui vont retourner à l'école.

Je m'inquiète parce que j'ai bien compris que si les écoles ouvrent à nouveau en France en dépit des préconisations du conseil des scientifiques, c'est pour favoriser une reprise de l'économie. 

Je m'inquiète parce que Monsieur le ministre de l'Education Nationale nous compare avec le Danemark. Pays qui ouvre déjà ses écoles, mais pays qui n'a connu que très peu de décès/de cas.

Pourquoi ne pas nous comparer avec l'Italie qui decide d'une réouverture en septembre minimum, pays qui connaît des chiffres similaires aux nôtres ? Parce que si les enfants ne vont pas à l'école,  les parents ne peuvent pas aller travailler. 

Je m'inquiète quand je vois les articles sur le traitement du confinement dans les banlieues par les forces de l'ordre.

Je m'inquiète parce qu'aujourd'hui des personnes continuent d'être discriminées en France. 

Je m'inquiète parce que des représentants des forces de l'ordre usent et abusent de leur force. 

Je m'inquiète quand je vois une vidéo d'une personne se faire frapper par des policiers. 

Je m'inquiète que ces policiers soient seulement mutés mais pas licenciés

Je m'inquiète car notre gouvernement arrive à trouver des solutions pour Airfrance mais pas pour l'ensemble des français, pour les personnels soignants.

Je m'inquiète pour nos hôpitaux.

Je m'inquiète de savoir ce que font les politiques de nos impôts quand on connaît la rémunération des soignants, des 6ème année d'école de médecine, des infirmiers et infirmières.

Je m'inquiète de la communication du gouvernement.

Je m'inquiète parce que le gouvernement ment aux français et/ou manipule ses informations.

Je m'inquiète parce que c'est aux journalistes d'être critiques face aux dires du gouvernement.

Je m'inquiète parce que les journalistes ne prennent pas (tous), l'ampleur et l'importance de leur métier.

Je m'inquiète parce qu'on ne permet plus aux journalistes d'être critiques (que ce soit négatif ou positif) envers le gouvernement.

Je m'inquiète pour l'environnement. 

Je m'inquiète parce que j'ai peur que l'économie prime sur notre avancée environnementale.

Je m'inquiète qu'une fois le confinement terminé, chacun reprenne sa vie "comme avant".

Je m'inquiète parce que l'on sait que notre "vie d'avant" nous a conduit à cette crise sanitaire.

Je m'inquiète que la politique du gouvernement actuel soit un argument pour les partis extrêmes.

Je m'inquiète parce que notre gouvernement pourtant élu par le français ne nous entends pas.

Je m'inquiète car le gouvernement demande aux français de faire des efforts mais que nous n'avons toujours pas remis en question leurs salaires et avantages. Avantages et salaire du gouvernement actuel mais aussi des anciens gouvernements, des politiques en retraite....

Je m'inquiète pour notre liberté.

Je m'inquiète pour notre système politique et j'ai peur de ne plus vivre dans un Etat démocratique.

Je m'inquiète parce qu'ils décident de permettre aux salariés de prendre le métro à partir du 11 mai mais les rassemblements de plus 10 personnes seront interdits.

Je m'inquiète parce que je ne comprends pas.

Et puis finalement, je m'inquiète parce que je pense comprendre que si tu travailles tu peux prendre le métro pour faire fonctionner l'économie sinon tu restes chez toi.

Alors, nous salariés, sortons nous faire contaminer.

Mais par contre, ne sortez pas autrement que pour travailler car vous risqueriez de vous faire contaminer et de contaminer.

Quand j'étais petite j'apprenais l'histoire de notre monde et j'avais peur de vivre une guerre. Aujourd'hui je me rends compte que nous vivons une nouvelle guerre que je n'aurais jamais pu imaginer. Une guerre qui me fait peur.

Je n'ai jamais manifesté le premier mai et pourtant cette année j'aurais voulu descendre dans la rue.

Crier mon inquiétude.

Crier ma peur. 

Crier mon désarroi face aux décisions du gouvernement.

Crier "Liberté" - "Égalité" - "Fraternité" et que ces trois petits mots soient enfin respectés par tous

Mais le gouvernement à l'habitude d'entendre les français crier, d'entendre les francais bruyants, les français indisciplinés. Mais ça ne fonctionne pas.

Et si les français se taisaient à 19H00 à leur fenêtre ? Tous avec nos jolies pancartes ?

Une minute de silence pour nos inquiétudes le 1er mai.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.