Billet de blog 29 avr. 2020

Le 1er mai on lâche rien, le 2 mai on continue!

Chaque année, le Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale accueille des dizaines de milliers de personnes pour rencontrer plus de 400 invité-es, 50 éditeur-trices, des musicien-nes, 70 assos. Cette année, le rdv est numérique ! Plus d'une centaine de participations sous toute forme, et 55h de festival en continu, pour vivre le 1er mai plus que jamais, et le 2 mai on continue !

Colères du présent
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque année, le Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale accueille des dizaines de milliers de personnes pour rencontrer plus de 400 invité-es dont des auteur-trices de France, du Liban, d’Espagne, d’Italie.., plus de 50 éditeur-trices indépendant-es de toute la France (Bordeaux, Toulouse, Marseille, Grenoble, Nantes, Paris, Lille… et même Arras), des musicien-nes pour les scènes punk-rock et metal, 70 associations stands militant-es, sur 2 jours, les 1er et 2 mai.
Cette année, en raison des contraintes techniques de gestion du Covid-19, le rendez-vous est numérique ! Plus d'une centaine de participations sous toute forme, et 55 heures de festival en continu , pour vivre le 1er mai plus que jamais, et le 2 mai on continue !

Vidéos, textes, BD, sons... une centaine de créations

Par plus de 70 auteur-es, artistes et participant-es :
Elise Thiébaut, Juan Branco, Caryl Férey, May Angeli, Didier Super, Monique et Minchel Pinçon-Charlot, Nicolas Mathieu, Bernard Friot, Michèle Riot-Sarcey, Barak Rima, Imane Humaydane, Pascal Dessaint, Amandine Dhée, Marcus Malte, Perrine Le Querrec, Maxime Nicole, Catherine Zambon, Bruno Doucey, Pascale Fautrier, les sœurs Chamots, Guillaume Faburel, Holly R., Snug, Nicolas Offenstadt, Dominique Delahaye, Maram al-Maasri, Hervé le Corre, Aurore Lachaux, Thomas Giraud, Claire Fasulo, Corinne Morel-Darleux, Patrick Devresse, Frédérique Dimarco, Paul Kawczak, Lucie Baratte, Adel Tincelin, Chiara Arméllini, Alexandre Labruffe, Gilles Baum, Thomas Verhille, Trosky nautique, DJ Mad Selecta...
Plus d'une dizaine comédien-nes ont lus et interprétés les textes, de nombreux musiciens, des créateurs du son et de l'image, avec l'aide de nombreux partenaires dont Bookalicious, La Boite sans projet, le Collectif des associations citoyennes, Story W, La Chouette librairie, les maisons d'édition Asphalte, Eléphants, Alifbata, Le Ver à soie, Anamosa...

Ce n'est pas un salon du livre virtuel, c'est une expérience collective. Un Monde d'après à créer tous ensemble.

Le monde d'après : www.monde-dapres.com

Le Monde d'après est un site créé par l'association Colères du présent. Cette association organise chaque année le salon du livre d'expression populaire et de critique sociale les 1er et 2 mai à Arras. Pour des raisons techniques liées aux circonstances sanitaires, cette manifestation culturelle restera à l'état d'utopie. C'est ce qui nous a donné l'idée de créer un espace dédié au Monde d’après.

Ce Monde d'après n'est pas forcément celui d'après Covid-19. Ce Monde d'après parlera de conflits armés ou idéologiques, de sécurité sociale de l'alimentation, de transformations personnelles et collectives, d'avenir climatique, de luttes, de fraternité, d'espoirs... et de tout ce qu'on voudra bien mettre derrière ces mots. Ce Monde d'après est une aventure numérique imaginée par l'association et tous les artistes initialement invités autour du sujet central du Salon du livre 2020 : "La ville territoire d'utopies".

Rendez-vous donc dès à présent sur les pages traditionnelles de notre site pour découvrir tout ce qu’on vous avait concocté mais que vous ne verrez jamais, et puis rendez-vous ici le 1er mai 2020 pour arpenter le Monde d’après.

Le Jour d'après © Colères du présent

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan