Billet de blog 23 avr. 2014

Catastrophe économique et sociale : qui sont les seuls vrais responsables ?

AA Bradley
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec les derniers articles dithyrambiques parus dans bon nombre de journaux, notamment américains, au sujet de Thomas Picketty, la question contenue dans le titre de mon billet mérite à nouveau d'être posée. Et bien qu'elle semble dénuée de tout intérêt, elle est au contraire de la plus haute importance car révélatrice à elle seule du plus gigantesque enfumage qui nous est administré depuis des décennies, et cela quasiment jour après jour. Enfumage qui n'a d'autre but que de nous faire accepter la situation économique et sociale dans laquelle nous nous trouvons comme s'il s'agissait d'une fatalité contre laquelle tous nos dirigeants politiques se seraient battus avec le plus grand hacharnement sans jamais parvenir à y remédier. Rien de plus faux et bien au contraire, puisqu'ils en sont les instigateurs directs !!

Le plus drôle dans cet enfumage auquel ont pris part des milliers de spécialistes dans tous les domaines, depuis le journaliste spécialisé jusqu'aux diplômés en économie des plus grandes écoles en passant par les politologues et autres sociologues, c'est qu'il est démontrable (l'enfumage en question) sans le moindre artifice, à l'aide d'une seule et unique évidence. Cette évidence, la voici : des modèles économiques, il en existe à foison, des bons, des moins bons, des justes et de carrément mauvais comme celui qu'on nous inflige aujourd'hui. Bref, tout cela pour dire qu'entre tous ces modèles que nos économistes ont élaboré au fil des siècles, il n'y a qu'à choisir. Or, CHOISIR un modèle économique et donc un modèle de société n'est-il pas, dans un régime démocratique, l'apanage exclusif de nos seuls dirigeants politiques devant se conformer à la volonté du peuple qui les a élus ?

Voilà tout ce qu'il suffit de démontrer pour prouver la responsabilité pleine et entière de nos dirigeants politiques sans lesquels nous ne pourrions pas en être arrivés là, sans qu'il soit besoin d'incriminer le dernier des traders ou tel ou tel organisme financier qui ne font que profiter de la situation. Et tout le reste n'est que de l'enfumage, y compris cette publicité faite autour d'un prétendu surdoué qui n'est même pas capable de mesurer l'étendue de sa réelle importance pourtant très proche de zéro, à l'égal de celle de ses confrères hormis quelques exceptions telles qu'un F. Lordon ou un J. Sapir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes