J'ai honte

J'ai honte d'être Française quand je regarde la télévision et quand j'écoute la radio et que je sais que les patrons de l'audio-visuel public sont nommés directement par N. Sarkozy : ça fait de nous la risée des démocraties occidentales. J'ai honte quand je vois que le Président de la République convoque les journalistes pour venir lui poser les questions qu'il a lui-même choisies pour lui servir de faire-valoir. Quand je vais en vacances et que je ne dispose pas d'internet pour m'informer, je constate le bourrage de crâne que s'enfilent à longueur de journée les téléspectateurs, c'est hallucinant.

Je voudrais que soit gravée dans le marbre, d'une façon telle qu'aucun despote potentiel ne puisse le contester, l'indépendance absolue de l'audio-visuel public. Pour le privé, questions d'argent, je n'ai pas d'idées, mais d'autres en auront peut-être.

Cette doléance peut paraître à certains secondaire ou frivole mais c'est l'essentiel de la démocratie : on aurait peut-être moins besoin d'utiliser le média que vous lisez en ce moment pour diffuser nos doléances si le service public transmettait davantage de la vie concrète des habitants, au lieu d'être subordonné aux pouvoirs politique et de l'argent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.