Le Roi est nu...

 

Dagobert.jpg

 

 

 

Dagobert avait mis sa culotte à l’envers, le Roi Couchepin n’a même plus le luxe d’en avoir une.

Sa décision régalienne de diminuer les tarifs des analyses médicales n’est soutenu par plus personne à part peut-être ses propres fonctionnaires.

Même SantéSuisse réagit. Son président, monsieur Ruey, doute de la pertinence de la mesure et son porte-parole avoue ne plus rien y comprendre.

La commission de gestion du Conseil national en rajoute une couche et l’association suisse des laboratoires médicaux projette une augmentation des coûts de 1 milliard.

Une belle cacade.

La décision de trop.

Le Roi va devoir s’en aller, déposer sa couronne.

L’erreur de monsieur Couchepin est politique. A force de se croire investi de la Seule Vérité, il s’est éloigné de la base.

Et il a réussi à réveiller les médecins qui n’avaient jamais su ou voulu utiliser leur force politique.

Cette affaire doit déboucher sur un large débat de tous les utilisateurs de la santé, patients en tête. Que voulons-nous comme système de santé ? Comment le financer ?

A partir du cas du laboratoire du médecin, nous devons parler des soins de proximités, des réseaux, du parcours de soins des patients, de la collaboration état-privé, des primes de l’assurance maladie.

Il faudra partir de la base et d’abord discuter dans les cantons. Le système suisse ne peut pas fonctionner si la Confédération impose ses solutions.

Dagobert2.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.