L'air du temps...

 

Internet.jpg

 

 

 

Je suis préoccupé.

Cette histoire d’e-voting me tarabuste.

Je n’ai pas confiance.

L’Etat de Genève m’assure que tout est sous contrôle. Qu’une fraude n’est pas possible et que je peux, les yeux fermés (je vous l’avoue c’est difficile), voter depuis mon ordinateur.

Je n’y crois pas.

Et puis est-ce nécessaire ?

Ne sommes-nous pas en train de suivre un effet de mode ?

Ne sommes-nous pas en train de titiller notre amour propre en démontrant urbi et orbi que Genève est en avance sur le monde visible et invisible ?

Je n’arrête pas de lire qu’il faut faire gaffe avec l’informatique.

Que dès que nous allons sur Internet, nous sommes suivis à la trace, qu’une meute de personnes pas très ragoutantes vous attend au tournant avec un grand gourdin.

Bing, votre numéro de carde de crédit est copié, votre compte en banque est fouillé et vous vous retrouvez en caleçon dans la rue.

Franchement, je n’ai pas envie de voir mon pire ennemi élu, parce que son petit neveu est un génie en math.

Imaginez qu’un parti extrémiste obtienne une majorité stupéfiante !

Je suis rétrograde, oui je le confesse.

Je n’ai rien compris au progrès.

Je suis nul.

Mais je vais voter non.

Internet2.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.