Les poissonneries vers le naufrage

Un tiers des poissonneries a fermé les vingt dernières années. Ces commerces de proximité prennent l'eau mais tentent de rester dans le sillage de la grande distribution.

En 2011, il restait 2 926 poissonneries, selon l'Union nationale de la poissonnerie française. Depuis plus de 10 ans, ce métier de bouche est prisonnier de la marée descendante.

Cette déferlante épargne en partie certaines régions. Logiquement, le littoral résiste davantage. C'est la région PACA qui mène la flotte. 12,7 % du marché y est concentré. Vient ensuite la Bretagne avec 11,1 %.

Une demande en progression

Pourtant, la demande progresse régulièrement. Elle a augmenté de 30 % ces dernières années. Mais c'est la grande distribution qui surfe sur la vague. L'organisation des circuits d'approvisionnement lui permet de garantir des prix d'achats compétitifs. En 1999-2000, la grande distribution détenait 65,5 % des parts de marché. Aujourd'hui, ce chiffre est évalué à 68 %.

La poissonnerie traditionnelle est également victime de son âge. Le vieillissement des entrepreneurs individuels et les difficultés de recrutement des salariés, potentiels repreneurs, participent à la disparition des établissements. Ce secteur est à bout de souffle... mais pas encore coulé.

Arnaud Botrel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.