Une pièce de théâtre mexicaine à Braunschweig : El rumor del incendio

J'aurais bien aimé publier ce billet dans une édition consacrée au théâtre ou aux arts vivants, mais comme je ne suis membre d'aucune sur Médiapart, c'est sur l’édition des francais à l’étranger que va se trouver cette recommandation. Recommandation à n'importe quel théâtre ou festival français qui s'intéresse à l'Amérique Latine en général et au Mexique en particulier ! 

J'aurais bien aimé publier ce billet dans une édition consacrée au théâtre ou aux arts vivants, mais comme je ne suis membre d'aucune sur Médiapart, c'est sur l’édition des francais à l’étranger que va se trouver cette recommandation. Recommandation à n'importe quel théâtre ou festival français qui s'intéresse à l'Amérique Latine en général et au Mexique en particulier ! 

el-rumor-del-incendio.jpg%3Fw%3D470%26h%3D313

 

Il y a quelques semaines, à Braunschweig, il y a eu un festival de théâtre international appelé "Theaterformen" . Ce merveilleux festival permet de voir des pièces en version originale sous-titrée. Si cela marche pour le film, pourquoi pas pour le théâtre ? Ce festival a  lieu une année à Hanovre, une année à Braunschweig, et sa programmation très politique de 2012 a été tout simplement passionnante.

Dans cette programmation, une œuvre mexicaine coproduite par  la compagnie Lagartijas al sol et l’Université autonome nationale de Mexico (Unam). Son nom est en espagnol  La rumeur del incendio. La rumeur de l’incendie est une œuvre passionnante qui se présente au public comme un véritable devoir de mémoire.

 

 

 

 

Vous voulez un pitch, surement alors allons-y !

Au Mexique, durant les années 1960, de jeunes révolutionnaires prennent les armes et tentent de changer la société. Quelques décennies plus tard, les enfants de ces guérilleros retracent le parcours de leurs aînés.

Les auteurs et acteurs ont exhumé les vestiges d’une histoire récente faite de sueur, de sang et de larmes. Au cœur de leurs fouilles gisent les restes d’une lutte à finir et leur acte de soutien aux derniers mouvements de protestation étudiantes en date au Mexique á la fin du spectacle (« yo soy 132 ») en font preuve. http://www.rfi.fr/ameriques/20120528-mexique-le-mouvement-yo-soy-132-bouscule-campagne-politique, (voir aussi l'article de Raphael Morán ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/raphael-moran/170612/mexique-visages-detudiants-indignes ) 

À partir de documents, de maquettes, de figurines, avec trois bouts de ficelle, un imaginaire débridé et un sens du récit peu commun qui nous tisse l'histoire du pays et d'une femme particulière, au travers du portrait d’une femme, Margarita Urías Hermosillo,  la pièce ne peut laisser indifférent. 

 

lagartijas.jpg

En lisant, j’ai découvert que Luisa Pardo et Gabino Rodríguez sont reconnus au Mexique en tant qu’acteurs autant au cinéma qu‘à la scène. Egalement metteurs en scène, ils créent un théâtre à leur image, engagé, insoumis, signifiant. Leurs projets juxtaposent des recherches sur l’histoire de leur pays et des récits de drames personnels. El Rumor del incendio, c' est à la fois un livre, une pièce de théâtre et un blog.

Ils étaient à Paris en automne 2011 mais méritent d’y revenir !! Ou ailleurs en France !

Le site : http://lagartijastiradasalsol.blogspot.de/

El Rumor del incendio : http://lagartijastiradasalsol.blogspot.de/p/las-fotos.html

 

Une amie journaliste a aussi écrit ce court article dans un journal mexicain, si vous lisez la langue !  

http://www.jornada.unam.mx/2012/06/15/cultura/a07n1cul



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.