Projet de tract : les retraites, une question européenne

Les retraites, une question européenne

 

C'est bien au nom de l'austérité soi-disant nécessaire dans toute l'Europe qu'on tente de « sauver » nos retraites. Cette nouvelle attaque contre le droit du travail et la protection sociale est la suite logique d'un traité de Lisbonne imposé sans consultation et d'un plan de sauvetage des banques de plusieurs centaines de milliards. Il ne s'agit pas là d'une conjoncture récente, mais de la mise en place réfléchie et coordonnée d'une politique de dérégulation, conforme aux exigences de l'OMC (en particulier l'AGCS pour les services publics), ouvertement destinée à conserver la faveur des agences de notation boursière. En contrepartie de ces sacrifices, une pseudo « gouvernance européenne » - qui n'est que le diktat des pays le plus riches – nous a promis de « moraliser » le capitalisme, avouant par là même la nécessité de réguler les marchés. Nous ne pouvons accepter une telle supercherie, et toute l'Europe la refuse.

 

Les premières pierres d'une Europe sociale

 

Non seulement l'élargissement du front social serait bénéfique au mouvement français, mais il lui est indispensable. Le mouvement risque de s'essouffler, nous dit-on : les revendications se multiplient, la confusion augmente, le combat contre la réforme des retraites devient une contestation généralisée. C'est précisément pour cette raison que nous devons donner au problème social sa véritable dimension, et du même coup entretenir l'espoir raisonnable d'une autre Europe. La lutte doit s'inscrire dans la durée, sans se limiter à la seule perspective d'un échec ou d'un succès du mouvement : malgré une journée européenne (le 29/09) occultée, toute l'Europe se mobilise et jusque dans la rue. Le réseau social, syndical, universitaire, médiatique, est déjà puissant et structuré, il constitue déjà une alternative réaliste à cette Europe ultra-librale et tendancieusement nationaliste. Seule l'occultation médiatique et quelques tâtonnements des syndicats européens freinent le processus d'une reconstruction de l'Europe. Rejoignons nos voisins dans une action coordonnée, et nous aurons la force de changer les règles économiques.

 

 

--------

Merci de votre avis

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.