Les riches, des drogués ?

billet-a_0.jpg

Pendant que leurs congénères souffrent et/ou meurent démunis de soins, de logement et/ou de nourriture, eux se paient le luxe de s'offrir des croisières, un jet privé, une rolex, un cigare cubain, un tableau de maitre, des vêtements de grand couturier, un repas au Fouquet's, une virée en boite de nuit réservée aux célébrité etc... tout ces signes extérieurs de richesses (et signe d'une réussite qu'on voudrait faire croire individuelle) leur permettent ainsi de mieux se connaitre et de se reconnaitre entre eux et de se ressembler pour mieux s'assembler entres gens vivant dans le même monde virtuel, un genre de château fort ou rien ne peuvent les toucher, les atteindre.
Pour ces gens bien portant, la vue de la moindre misère serait un retour dans le monde réel dont ils veulent que s'échapper alors qu'ils sont les premiers responsables de son piteux état. Pire encore, certains d'entre eux à l'immoralité décomplexée, tenteront de faire porter leur chapeau aux pauvres. Le riche pervers veillera ainsi que des regards accusateurs ne tombent jamais sur lui en montrant le pauvre du doigt . Il va l'accuser d'être responsable de sa mauvaise situation pour éviter de prendre ses responsabilités. Il va tenter même de convaincre le pauvre qu'il est pauvre parce qu'il le veut bien alors que il est riche parce qu'il le vaut bien. Il a le pouvoir de tout changer mais ne fait rien ou peu, ou fait semblant de faire quelque chose pour atténuer le vacarme de sa conscience en l'abreuvant de petites satisfactions éphémères et puis il repart dans son monde virtuel en s'auto-persuadant d'avoir changé le monde. Et puis la pauvreté pour lui c'est comme une maladie, il la fuit parce que ca lui fait trop souvenir qu'un jour comme un autre, lui aussi peut tout perdre d'un coup, même le peu qu'il croit avoir. Du coup, comme des enfants gâtés, ils profitent de tout cédant à ces moindres caprices même les plus fous et cela à l'importe quel prix même celui d'oublier le monde réel. C'est ainsi que des rêves réalisables que par l'argent et aux plaisirs éphémères, devient une drogue. L'argent est-elle la cocaïne du riche ?

 

Finalement la vraie peur du riche ne devrait-elle pas être de finir sa vie pauvre en humanité, comme une coquille vide ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.