Événement 8 mai 2018

Précaires de l'Éducation nationale

Mercredi 30 mai 2018: Exigons le renouvellement de tous nos contrats.

majoral
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Le 30 mai 2018

Lieu

RASSEMBLEMENT DEVANT LE RECTORAT DE PARIS à 15 heures

Information

12, boulevard d'Indochine, 75019 Paris


PRÉCAIRES DE L'ÉDUCATION
E

XIGEONS LE RENOUVELLEMENT DE TOUS NOS CONTRATS

Rassemblement devant le rectorat de Paris

mercredi 30 mai 2018, à 15 heures


Dans l'Éducation nationale 1 personnel sur 4 est contractuel (soit 300 000 CDD). AED, AVS en CUI CAE, AESH, professeur.e.s contractuel.le.s, nous sommes soumis.e.s à des conditions de travail précaires, à la merci de toutes les pressions hiérarchiques possibles, mal-formé.e.s et sous-payé.e.s. Les logiques budgétaires adoptées par l’Éducation nationale redéfinissent en permanence nos contrats, qu’ils soient de droit privé ou de droit public, CDD renouvelables ou services civiques, sans pour autant remettre en question leur nature précaire. Alors que plus de 20 000 personnes en CUI ont vu leur contrat supprimé l'été dernier par le gouvernement, une nouvelle vague de suppression devrait avoir lieu avec la fin de l'année pour celles et ceux qui avaient pu conserver leur poste.
L’Éducation nationale entretient ce système d’emplois subalternes, proposant des contrats à peine plus élevés que le RSA. Par le recours à des contrats précaires, elle fragilise nos droits. En réduisant les postes, elle nous met en concurrence, nous isole et nous contraint à accepter ses conditions. De plus, elle délègue le renouvellement de nos contrats à d’autres volontés que les nôtres : celles des gestionnaires du budget, notamment ceux de nos établissements. Ainsi, nous sommes soumis.e.s à l’arbitraire et aux représailles de nos chefs d’établissement, jusqu’à être puni.e.s par le licenciement pour avoir exigé de voir nos droits respectés. Nous voulons que notre recrutement puisse relever du Rectorat, non plus des chefs d’établissement, afin que nos contrats soit renouvelés sans arbitraire. À plus long terme, nous voulons la titularisation de tout-es celles et ceux qui le souhaitent, sans conditions de concours, de diplôme, de nationalité, de formation ou de stage.
Les conditions de précarité contre lesquelles nous luttons ne sont pas limitées à l’Éducation nationale. Aux postes précaires du premier et du second degré il faut ajouter les milliers de précaires de l’ESR (Enseignement supérieur et la recherche) : situations de travail gratuit, vacations payées des mois plus tard, dépassement des heures de service sans rémunération complémentaire. Ce recours systématique et massif à des contrats précaires et à des formes d’emploi associatif qui tournent vite à l’exploitation agit partout à l’intérieur de la fonction publique, la pliant à des logiques de plus en plus libérales. C’est pourquoi notre mobilisation ne doit pas restée isolée. Nous sommes solidaires et nous nous joignons au mouvement qui s’oppose à l’adoption du projet de loi Vidal-Blanquer (sélection à l’entrée à l’Université, réforme du bac et du lycée) contre lequel étudiant.e.s et personnels se mobilisent depuis plusieurs mois.
Sans compter l'ensemble des travailleur.euse.s municipaux qui interviennent dans les établissements, qu'ils/elles soient animateur.trice.s, agents d'entretiens, de cantine, etc, et dont un grand nombre se trouve embauché sur des conditions de contrat et de paie similaires aux nôtres, ou pour des vacations encore plus précaires, remises en questions chaque jours, et faisant d'elleux, en pratique, des travailleur.euse.s journalières.
Plus généralement, nous soutenons les divers secteurs actuellement en grève contre la détérioration des conditions de travail (cheminot-e-s, postier-e-s, éboueur-e-s, ...) Nous nous inscrivons dans ce même refus d'un État capitaliste qui pilonne les acquis sociaux tous azimuts, réformes sur réformes, accroit les inégalités sociales et la précarisation du travail.
Car l'incertitude professionnelle tue, rassemblons-nous pour exiger le renouvellement de nos contrats ! Réclamer nos renouvellements c'est réclamer nos droits !
Ne restons pas isolé.e.s, organisons-nous!
Rassemblement mercredi 30 mai 2018
15h devant le Rectorat de Paris
12 Boulevard d'Indochine, 75019 Paris
Pour exiger :
• le renouvellement de tous nos contrats ;
• refuser la politique du non renouvellement sanction ;
• l'embauche et affectation par le rectorat plutôt que par les chef.fes d'établissement ;
• le droit à la conversion des tous les CUI CAE en contrat de droit public ;
• la titularisation de tou.te.s les précaires de l'éducation, sans conditions de diplôme, de concours ou de nationalité.
Mail : precaires.education@riseup.net
Facebook : Assemblée des précaires de l'éducation – IDF
Twitter : @Precaires_Educ

photo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat