Une vie en travail discontinu? Témoignez

C'est le coup de massue. Cinq mois après l'entrée en vigueur des droits rechargeables, mesure phare du gouvernement, arrachée lors de la dernière convention chômage, les témoignages de chômeurs et précaires lésés se multiplient. Les agences Pôle emploi sont submergés d'appels.

C'est le coup de massue. Cinq mois après l'entrée en vigueur des droits rechargeables, mesure phare du gouvernement, arrachée lors de la dernière convention chômage, les témoignages de chômeurs et précaires lésés se multiplient. Les agences Pôle emploi sont submergés d'appels. Ils seraient des dizaines de milliers à être victimes des effets pervers de ce nouveau mécanisme complexe et à se retrouver avec des indemnités très basses par rapport à leur dernier salaire. Les partenaires sociaux doivent se remettre autour de la table, sans pour autant être d'accord après deux mois de discussions ni sur les chiffres ni sur les solutions (lire ici notre article).

La question des droits rechargeables renvoie à la multiplication des contrats courts, ce travail "discontinu" où l'on fait des allers-retours constants entre le monde professionnel et Pôle emploi. Quels sont les impacts d'une telle instabilité professionnelle sur la vie quotidienne ? Comment gérer l'intermittence perpétuelle et la dépendance vis-à-vis de Pôle emploi ? S’accommode-t-on de courir ainsi après les contrats ? Si vous avez un témoignage à apporter, merci de nous écrire à ces adresses : mathilde.goanec@mediapart.fr et rachida.el-azzouzi@mediapart.fr en laissant si possible un moyen pour vous joindre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.