Le bébé est né - le 1er article de l'édition de l'atelier d'écritures ; venez nombreux ! Inscrivez-vous comme rédacteur

J'espère que beaucoup seront inspirés et nous rejoindrons dans la production d'écrits ; et pas des cris, j'espère ;)

 

La consigne : je vous propose l'image, ci-dessous ; interprétez-là comme bon vous semble, lâchez-vous ! Je laisse la légende de l'image seulement à titre d'information et de copyright, oubliez là, svp. Pour illustrer, je mets un texte que j'ai écris... il faut bien commencer...

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

 


 

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

A la recherche de mon maître


Emergeant avec peine des limbes nauséeuses dans lesquelles il se trouvait, Pilaf décida, non sans avoir voté, qu'il était temps de cesser son régime de cacahuètes ; pour cela il lui semblait judicieux de se convertir à une nouvelle débauche … les tomates.
Mesurant l'étendue de son malaise à l'odeur de ses yeux, il entreprit de se préparer une décoction de tomates chaudes dans laquelle il trempa des tartines de beurre recouvertes de tomates. En fait l'idée des tomates n'était pas venue soudainement, c'était le résultat d'un travail de recherche qui le passionnait depuis déjà trois ans, les cacahuètes étant une erreur de parcours, due à son grand orgueil, qui l'avait stoppé un moment dans l'autosatisfaction … et les nausées. Ayant suivi les enseignements d'un maître, jardinier de son état, il s'était trompé dans l'interprétation des paroles obscures de celui-ci. L'erreur était humaine ; en effet à la suite d'une digression de son maître, ce dernier avait terminé un de ses cours, qui avait duré une heure et qui était si dense, par la sentence "La culture en chambre , c'est peanuts !" et Pilaf, pour qui l'ésotérisme de son maître n'était plus à démontrer, avait mis immédiatement en pratique ce qui était pour lui une sentence d'un mysticisme et d'une vérité irrésistible. Ayant finalement réussi à reconnaître son erreur, il décida de retourner voir son maître en se promettant de mieux profiter des paroles fleuries de celui-ci ; et c'est précisément ce jour là que son maître l'intéressa à la théorie des tomates. Pilaf ayant toujours énormément d'attention quand son maître parlait, se rappelait au mot près, la sentence qu'il lui avait dite : "Les tomates nécessitent une attention soutenue et beaucoup de temps, afin d'augmenter encore le plaisir de les retrouver sur sa table". Or Pilaf, sur le coup, n'avait pas noté la profondeur de l'idée ainsi développée, et cette idée fit son chemin inconsciemment en lui ; et c'est en se réveillant qu'il en avait eu l'illumination, lui enfonçant , plus précisément encore, l'idée de la sagesse de son maître.

DanN

 

A vous ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.