DECALAGES ...

Attention!Ceci est une histoire vraie. Toute ressemblance avec des personnages ou des lieux imaginaires serait purement fortuite. 

Attention!

Ceci est une histoire vraie. Toute ressemblance avec des personnages ou des lieux imaginaires serait purement fortuite.

 

 

 

Imaginez !

Imaginez une île.

Une île ourlée de sables s'égrenant sous le feston des dunes. Odeur safranée des immortelles et varechs calcinés délaissés par les vagues. Fleurs de sel et bave d'écume.

Une île reliée au continent par de rares bateaux quotidiens. Un «havre de paix», «véritable paradis pour les randonneurs» (s'il est besoin d'exhiber des clichés)...

 

 

Donc, par un bel après-midi estival, un randonneur, justement, qui ralentissait le pas sous l'ardeur du soleil, eut envie de se rafraîchir . Il posa son sac à dos et, jugeant qu'il n'offusquerait pas la pudeur des seules mouettes alentour, se dénuda entièrement. Puis il s'élança vers les flots, s'éloignant à brasses vigoureuses.

Quelques temps après, sentant ses membres s'engourdir sous l'effet conjugué du froid et de l'effort, il regagna la grève et, ivre de plaisir et de fatigue, émergea de l'onde, tel Ulysse posant le pied sur le rivage phéacien.

Il s'entendit alors hêler et, levant la tête, aveuglé de lumière , se pensa victime d'une hallucination : deux statues équestres, montées par une double silhouette encarnavalée,le contemplaient ...

- «Monsieur, vos papiers s'il vous plait ! s'exclama l'une d'entre elle avec sévérité.»

Hésitant entre la surprise (la chasse aux sans-papiers n'était pas encore ouverte et son teint clair interdisait toute confusion avec un quelconque «harraga») et le fou rire , il chercha une image pour dérider son interlocuteur.

- «Désolé, n'étant point kangourou, je ne porte guère de poche sur moi!»

Le marsupial dut imprimer la rétine de l'autorité qui lui faisait face car elle esquissa un sourire et répondit avec indulgence :

- «Ca va pour cette fois, mais allez vite vous rhabiller, sinon je vous dresse un procès-verbal pour naturalisme (sic)».

Notre baigneur, craignant de se voir empaillé, obtempéra sur le champ, détalant comme un vulgaire animal.

 

 

 

A vous de continuer si le thème «décalages» vous inspire .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.