Le ministre de l'Agriculture s'oppose à "l'interdiction brutale" des néonicotinoïdes

eh bien voilà...les lobbies des pesticides ont (encore) gagné...

"Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, s'oppose à "l'interdiction brutale" des insecticides néonicotinoïdes et s'en justifie auprès des députés, à l'occasion du débat sur le projet de loi biodiversité, qui a débuté mardi après-midi l'Assemblée.

L'approche du ministre n'est pas de "multiplier les normes ou les interdictions brutales", car au contraire "c'est la transition vers une transformation des systèmes de culture dans leur ensemble qui nous permettra de réduire l'usage aujourd'hui nécessaire de certains produits", explique-t-il dans une lettre datée du 11 mars dont l'AFP a obtenu copie mardi.

M. Le Foll veut aussi éviter les "distorsions entre les agriculteurs français et le reste des agriculteurs européens" en interdisant ces substances en France uniquement, précise-t-il."

(...)

Pour la Fondation Nicolas Hulot au contraire, "les alternatives sont prêtes". "Il y a des pays qui ont déjà interdit ces pesticides néonicotinoïdes, notamment l'Allemagne et l'Autriche, avec des alternatives qui fonctionnent", a affirmé à l'AFP son porte-parole Denis Voisin.

(...)

Extraits dans leur contexte et article complet en cliquant ici ! (site "Public Sénat")

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.