Archéologie critique d'un cinéma pré Nouvelle Vague ostracisé

La Nouvelle Vague du cinéma français à la fin des années 1950 a émergé dans un contexte préalable où les « jeunes turcs » de la nouvelle revue des Cahiers du Cinéma s'est construit un ennemi de choix : le cinéma de la « qualité française ». Or, quelle réalité effective recouvre cette notion ?

Parution du livre La « Qualité française » de Jean Montarnal

Le cinéma français des années 1940 et 1950 a mauvaise presse et reste plus d'un demi siècle plus tard soumise à la déformation historique imposée notamment par un certain François Truffaut, à partir de son article « Une certaine tendance du cinéma français » paru dans le numéro 31 des Cahiers du Cinéma en janvier 1954. Ce regard critique s'est insidieusement au fil du temps installé comme une vérité historique parce que son auteur et les autres plumes qui se sont ralliés à lui ont pris par au mouvement créatif informel de la Nouvelle Vague. Or, que vaut une histoire écrite par des vainqueurs ? Elle mérite à son tour une nouvelle perspective critique et c'est la démarche historique et analytique que propose dans son ouvrage Jean Montarnal. Pour cela, il revient à la notion ambiguë de la « qualité française » qui possède aussi dans un premier temps un enjeu qui sert la promotion de l'industrie du cinéma français en pleine reconstruction au sortir de la guerre. L'auteur revient ainsi sur les conditions sociopolitiques qui amènent l'État français à contrôler le cinéma produit sur son territoire dans la continuité du régime de Vichy où le COIC devient le CNC. Le succès de l'opprobre lancée par François Truffaut et reprise comme un mot d'ordre de manière quasi unanime par l'ensemble de la rédaction des Cahiers du Cinéma, repose sur une part de réalités où le cinéma français méritait d'être dépoussiéré. Pour autant, le cinéma décrié faisait montre d'une diversité plus intéressante qu'il n'y paraissait à première vue et mérite davantage une analyse film par film, plutôt que cette condamnation globale univoque.
Jean Montarnal démontre en outre que ce sont des idéologies politiques distinctes qui sont alors en opposition, François Truffaut se positionnant à droite contre une industrie du cinéma majoritairement à gauche. Pour justifier l'apparition et l'installation d'une nouvelle jeunesse du cinéma, le mythe critique de la médiocrité générale du cinéma français des décennies 1940 et 1950 s'est imposé avec la force d'une vision monoculaire, peu encline au débat d'idées. C'est à l'aune d'une nouvelle approche historique des enjeux idéologiques et sémantiques en cours sous la plume des « Jeunes Turcs » comme les appelait André Bazin, que Jean Montarnal propose de requestionner cette période « pré Nouvelle Vague » abusivement méprisée.




9782343147635r
La « Qualité française » : un mythe critique ?
de Jean Montarnal
préface d'Antoine de Baecque

Nombre de pages : 242
Date de sortie (France) : 19 juin 2018
Éditeur : L'Harmattan
Collection : Champs visuels


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.